Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 3 min

« Sweat » de Magnus von Horn : sous la surface

  • Timé Zoppé
  • 2022-06-13

Difficile, pour le cinéma, de s’emparer du phénomène des influenceurs sans tomber dans les clichés. Magnus von Horn relève habilement le pari, conjuguant étude sociétale et dénonciation du harcèlement avec cette dramédie plus profonde qu’elle n’en a l’air.

En Suède, Sylwia est une coach sportive star sur les réseaux. Alors qu’elle cumule tous les signes extérieurs de réussite, le vernis craque vite : dès la première partie de Sweat, elle poste sur Instagram une déchirante vidéo d’elle-même en train de pleurer, partageant son sentiment de solitude générale et son désarroi de ne pas trouver l’amour malgré sa popularité. Une notoriété et une confession qui suscitent des réactions consternantes, voire carrément innommables, comme celle de ce « fan » qui se poste en voiture en bas de chez elle et se masturbe en la regardant promener son chien…

Avec une photographie reproduisant l’aspect très net et les couleurs un peu trop vives de l’imagerie Instagram, le film de Magnus von Horn plonge dans le quotidien de cette influenceuse en évitant la surenchère scénaristique. L’héroïne, esseulée mais pleine d’aplomb, est autant capable de déployer une énergie délirante pour sa passion, le fitness, que de la contenir pour ne pas céder à la colère devant des comportements aberrants – ceux du désaxé qui la stalke ou de sa mère égoïste. Sans les mettre toutes dans le même panier, Sweat redore ainsi le blason des personnalités influentes sur les réseaux, autant qu’il condamne les dérives que ceux-ci peuvent engendrer.

Sweat de Magnus von Horn, ARP Sélection (1 h 46), sortie le 15 juin

Images (c) Lava Films

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur