Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

Le guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Trois Couleurs
  • 2021-10-11

Cette semaine, on fait la rencontre d'une héroïne bouleversante chez Joachim Trier, d'une modeste famille haïtienne filmée par la révélation Gessica Généus, sans oublier le grand retour de Ridley Scott au film d'époque.

JULIE (EN 12 CHAPITRES) de Joachim Trier

Le Norvégien Joachim Trier bouleverse avec Julie (en 12 chapitres), portrait remuant, à la fois mélancolique et plein de drôlerie, d’une jeune trentenaire en perpétuelle redéfinition (Renate Reinsve, révélation solaire dont le portrait est à découvrir ici) alors que tout le monde autour d’elle cède à la nostalgie. A 47 ans, le réalisateur d’Oslo 31 août confronte le désarroi de sa propre génération à l’énergie de cette héroïne plus jeune et intenable, comme une forme de catharsis face au temps qui passe.

« Julie (en 12 chapitres) » : Joachim Trier bouleverse avec son portrait d’une héroïne à contre-temps

Lire la critique

Joachim Trier : "Je suis toujours ému par ces personnes qui se rendent compte que leur temps est passé"

Lire l'interview

LEUR ALGÉRIE de Lina Soualem

Entre tendresse et franche drôlerie, Lina Soualem filme ses grands-parents paternels à Thiers, en Auvergne, où ils ont construit leur vie depuis plus de soixante ans, alors qu'ils sont sur le point de divorcer. Partie d’un événement intime, la réalisatrice s’aventure alors vers la grande histoire pour saisir le tourment collectif, celui d'exilés algériens venus travailler en France, qui portent les stigmates du déracinement, marqué par l’absence et la distance.

« Leur Algérie » : travestir le chagrin

Lire la critique

FREDA de Gessica Généus

Passée par la case documentaire (déjà sur Haïti) avant de signer ce premier long métrage de fiction remarqué à Cannes dans la sélection Un certain regard, la comédienne et cinéaste Gessica Généus cartographie les humeurs, les zones grises et les terribles illusions d’une société haïtienne à la dérive, à travers le quotidien d’une famille modeste de Port-au-Prince. Une chronique touchante et réflexive, au cœur d’un pays miné par les crises politiques et la violence sociale.

« Freda » : tranche de vie à Haïti

Lire l'article

Gessica Généus : « En Haïti on ne devient jamais adulte parce qu'on est obligé de rester en tribu pour survivre »

Lire l'interview

LE DERNIER DUEL de Ridley Scott

Jean de Carrouges (Matt Damon), chevalier respecté pour sa bravoure sur le champ de bataille, entretient une amitié avec Jacques Le Gris (Adam Driver), noble écuyer normand. Mais ces liens vont voler en éclats lorsque Marguerite (Jodie Comer), épouse de Carrouges, accuse Le Gris de l’avoir violée. Seul un duel judiciaire, consistant en un combat à mort en public entre les deux hommes, pourra clarifier la situation en plaçant la destinée des trois individus entre les mains de Dieu… À travers le récit épique du dernier duel judiciaire qui eut lieu en France à la fin du Moyen Âge (rejoué par Matt Damon et Adam Driver), Ridley Scott valorise un regard féminin sur l’histoire.

« Le Dernier Duel » : le grand retour en force de Ridley Scott

Lire la critique

L'HOMME DE LA CAVE de Philippe Le Guay

Un prof d’histoire, Jacques Fonzic, limogé pour négationnisme, achète une cave à un couple dont l’homme est juif, sans leur dire qu’il compte y habiter. Avec le même art du crescendo, la parano gagne Simon, car « l’homme de la cave » semble s’immiscer peu à peu dans toutes les strates de sa vie… À travers un récit toujours plus tendu, Le Guay fait sentir le caractère ondoyant et insidieux de la rhétorique antisémite ou xénophobe.

« L'Homme de la cave » : à l'ombre des regards

Lire la critique

DEBOUT LES FEMMES de François Ruffin et Gilles Perret

Tels des Laurel et Hardy de la politique, les députés François Ruffin et Bruno Bonnell s’associent pour établir un rapport sur les conditions de travail de ces femmes du « lien », ces auxiliaires de vie, assistantes sociales, femmes de ménage… En résulte un film hautement salutaire et en tout point réussi, d’où suinte une révolte amère que seule la drôlerie des trois compères contrebalance.

« Debout les femmes » : joyeuse insurrection

Lire la critique

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur