CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 3 min

Vu au FIFIB : « Jerk », le film passionnant (et ultra troublant) de Gisèle Vienne

  • Quentin Grosset
  • 2021-10-14

Loin de n’être qu’une captation de son spectacle co-réalisé en 2008 avec l’écrivain queercore Dennis Cooper, la metteuse en scène et plasticienne Gisèle Vienne (Crowd, Kindertotenlieder, L’étang…) en tire un film d’horreur aussi minimaliste que glaçant, qui nous hantera longtemps, sur un comédien (incroyable Jonathan Capdevielle) qui se débat avec son texte ultraviolent et ses marionnettes d’ados psychopathes.

Le comédien Jonathan Capdevielle, collaborateur de Gisèle Vienne depuis ses premières mises en scène, est assis seul sur scène, l’air à la fois satisfait et mal à l’aise comme l’ado américain qu’il joue, David Brooks. Avec un petit sourire excité, ce personnage dérangé et inquiétant nous raconte de sa prison la vingtaine de meurtres et viols qu’il a commis sur des garçons de son âge dans les années 1970 au Texas, en compagnie de ses amis Dean et Wayne. David fait parler ceux-ci à travers ses effrayantes marionnettes, un panda ensanglanté, et une peluche de chiot décrépie. Les victimes, elles, sont représentées par des marionnettes d’ados éthérés à la Gus Van Sant, visages désincarnés et voix fantomatiques en plus- Vienne s’est formée à l’Ecole nationale supérieure des arts de la marionnette de Charleville-Mézières, et il y en a des bien creepy qu’elle sculpte elle-même dans beaucoup de ses spectacles.

THEÂTRE – « L’Etang » de Gisèle Vienne

Lire l'article

À partir de ce dispositif scénique minimaliste, Gisèle Vienne invente une cinématographie qui va redoubler ce spectacle cauchemardesque d’une puissante réflexion sur la représentation. Jouant des possibilités du cadre via un seul long plan-séquence bizarrement caressant, presque voluptueux, et donc encore plus troublant, la cinéaste isole par exemple le visage de Capdevielle. Les marionnettes qu’il anime hors champ (on n’ose pas imaginer ce qu’il s’y passe) se livrent alors aux pires monstruosités nécrophiles. Le comédien se fragmente littéralement : on lit sa propre peur, l’euphorie perverse de son personnage, pendant que sa bouche baveuse de ventriloque se trouve déformée par les cris des victimes.

FIFIB 2020 : les jeunes cinéastes de demain qu’on a repérés

Lire l'article

À travers cette dislocation de Capdevielle qui suit celle des meurtres, Vienne interroge son travail de mise en scène de la violence depuis ses débuts. À quel point un comédien et une metteuse en scène se projettent-il dans un personnage qui débite autant d’horreurs ?  Comment les atrocités que celui-ci raconte les suivent-elles hors de la scène ? À quelle distance des personnages doivent-ils se placer pour ne pas être impactés ? En résumé, de quelle façon l’artiste peut se laisser hanter par sa propre création ? Ces problématiques méta bousculent tout autant le spectateur que le contenu horrifique auquel il est soumis. Si bien que dans les genres du backstage movie et du film d’horreur, Jerk se distingue déjà comme l’un des films les plus glaçants, inventifs et marquants de ces dernières années.

Image (c) Compagnie des Indes

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur