Entrer votre recherche

Tags: ,

En confinement, David Lynch vous conseille de fabriquer des lampes

Partager

Le réalisateur américain a reçu un coup de fil de Vice qui lui a demandé de raconter son confinement. Dans l’interview, publiée le 9 avril, David Lynch explique qu’il passe le temps dans sa maison à Los Angeles, buvant du café, méditant, réfléchissant à la paix dans le monde et fabriquant des lampes.

Inaugurant une nouvelle rubrique, intitulée « A star is bored », du magazine en ligne américain Vice, David Lynch s’est entretenu par téléphone depuis son atelier (on imagine qu’il est dans la maison qui surplombe LA, celle que l’on voit dans le documentaire The Art of Life sur sa vie, sorti en 2017), alors qu’il était tout afféré à la création de lampes.

Répondant d’abord à la question « En quoi consiste la routine de David Lynch ? », on pourrait croire qu’il en profite pour faire un clin d’œil au héros de sa série Twin Peaks, qui fêtait ses 30 ans il y a deux jours, avec une longue ode au café : « J’ai les mêmes habitudes qu’avant. Je me lève et je bois un café. Moi, j’aime commencer ma journée directement par un café. C’est comme ça que je fonctionne. Vous savez, à l’hôpital, quand ils vous mettent une perfusion dans le bras ? C’est comme si j’avais un goutte-à-goutte tout au long de la journée. »

À LIRE AUSSI >> [PORTFOLIO] David Lynch, l’attrape-rêves

S’ensuivent d’autres odes : au bois, à l’électricité, à la méditation transcendantale. Avec le café, celle-ci constitue sa grande obsession – on le perd d’ailleurs un peu quand il dit que le « tube de la joie » peut se retrouver bouché à cause de la négativité.

Surtout, il évoque le fameux « monde d’après » la pandémie. Interrogé sur les leçons à en tirer, il argue : « Il faut croire que l’on faisait fausse route, et Mère Nature nous a dit « Ça suffit, il faut tout arrêter. » Ça va durer suffisamment longtemps pour nous mener vers une nouvelle façon de penser. »

À ÉCOUTER >> À écouter: Lynchsplaining, le podcast qui décortique l’oeuvre de David Lynch

Et il faut avouer que son nouveau monde donne envie : « Je pense qu’il y aura plus de spiritualité et de bonté, ça va aussi tous nous rapprocher les uns des autres. Ce sera un monde différent et ce sera un monde plus intelligent. Les solutions à nos problèmes vont émerger et la vie va devenir excellente. Les films vont revenir. Tout va éclore à nouveau, et probablement d’une bien meilleure façon. » Avant de conclure sur la créativité qui peut émerger en chacun en cette période de retraite du monde, comme celle qui pousse à… fabriquer ses propres lampes. Où est-ce qu’on signe ?

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.