Tapez pour chercher

PODCAST : La nouvelle émission « 7e science » explore le cas de « Seul sur Mars »

Partager

Pour ce premier numéro du tout nouveau podcast « 7e science » sur Binge Audio, émission mensuelle qui tend à réfléchir aux liens entre science et cinéma, Perrine Quennesson reçoit le directeur de recherche CNRS Olivier Beyssac à La Sorbonne pour un échange autour de la planète Mars et de la pertinence scientifique du film de Ridley Scott.

Pour ce pilote d’émission intitulé Les voyages sur la planète rouge, c’est pour quand ?, Perrine Quennesson (notre collaboratrice) et Olivier Beyssac s’attardent sur le film de Ridley Scott, Seul sur Mars, dont l’oeuvre a toujours gravité autour de la science-fiction, du premier Alien (1979) à Alien Convenant (2017), en passant par Blade Runner (1982) et Prometheus (2012).

Il faut attendre 2015, pour que Scott signe son oeuvre de science-fiction la plus réaliste avec Seul sur Mars, « un film exagéré mais vraisemblable« , selon Olivier Beyssac. Cette fois-ci, il n’est plus question d’extra-terrestres hostiles ou d’androïdes, mais d’un astronaute et botaniste Mark Watney (campé par Matt Damon) laissé pour mort par ses coéquipiers après une tempête de sable lors d’une expédition sur Mars. Ce dernier survit et se retrouve seul sur la planète rouge. Il décide alors d’établir un contact avec la Terre pour tenter de la rejoindre et retrouver les siens.

Avec ce point de départ, Ridley Scott signe un film sur la solitude où le personnage de Mark Watney doit mettre à profit ses talents de botanistes pour se nourrir et survivre dans ce milieu hostile. Cette planète quatre fois plus petite que la Terre, qui s’est formée au même moment que la nôtre, fascine les scientifiques car « c’est un des endroits les moins inhospitaliers dans le système solaire et on imagine que si la vie avait pu se développer quelque part, ça serait sur Mars pour différentes raisons« , explique Olivier Beyssac dans le podcast.

Dès lors, on voit bien que les liens entre science et cinéma sont poreux et se rejoignent dans leurs façons d’aborder les images. La première connue de Mars date de 1965, et il y a eu au cours du 20e siècle une prolifération de nouvelles photos de la planète rouge grâce aux développements de nouvelles technologies telles que les sondes ou les robots. Ces visions d’une planète sablée aux nuances rougeâtres ont imprimé les rétines du monde entier et notamment celles des cinéastes, de Verhoeven à De Palma en passant par Carpenter.

Alors qu’une nouvelle mission d’exploration, nommée Mars 2020, s’apprête à être lancée durant l’été 2020, Seul sur Mars nous ramène vers ce questionnement existentiel et philosophique : l’être humain peut-il maîtriser son environnement ? Ne serait-ce pas là finalement, le fil rouge de la filmographie de Ridley Scott ?

Un podcast en ligne disponible sur Binge Audio :

Image : Copyright 2015 Twentieth Century Fox

Tags:

Vous pourriez être intéressé par

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.