Entrer votre recherche

« La Tour d’Assitan » de Guillaume Nicloux bénéficie de l’aide au cinéma de genre du CNC

Partager

Le CNC apportera aussi son aide à Acide, deuxième long-métrage de Just Philippot (La Nuée) et Inspiration, premier long de Mael Le Mée.

Soucieux de mettre en avant l’audace des cinéastes français, le CNC multiplie ces dernières années les initiatives en faveur du cinéma de genre en France. En 2017, en collaboration avec le magazine SOFILM, l’établissement avait ainsi installé des résidences pour accueillir de jeunes réalisateurs promettant de renouveler le genre, redevenu en vogue au mitan des années 2010 (on se souvient de Grave de Julia Ducournau, Un ciel bleu presque parfait de Quarxx ou encore Please Love Me Forever de Holy Fatma, produits à cette époque).

À LIRE AUSSI : Focus sur la nouvelle vague du cinéma de genre à la française

Un an plus tard, en 2018, le CNC a créé l’aide aux films de genre  – un fonds alloué à des longs-métrages sélectionnés par un jury. Cette année, pour sa 3e édition, l’aide est dédiée au fantastique, à la science-fiction et à l’épouvante. Le jury, composé des cinéastes Coralie Fargeat (Revenge), Alexandre Aja (Piranha 3D), Zoran Boukherma (co-réalisateur avec son frère Ludovic de Willy 1er et plus récemment Teddy), la productrice Caroline Bonmarchand, son homologue Ardavan Safaee, du diffuseur Laurent Hassid, et présidé par l’actrice Louise Bourgoin, a sélectionné 3 longs-métrages, qui seront appuyés à hauteur de 500 000€ chacun.

Parmi eux, on retrouve le prochain long de Guillaume Nicloux (Valley of Love, Les Confins du monde, Thalasso). Intitulé La Tour d’Assitan, le film, dont le scénario a été écrit par le réalisateur, prendra pour décor une tour de cité, dont les habitants découvrent avec stupeur qu’un « voile noir obstrue toutes les fenêtres et la porte d’entrée de l’immeuble », d’après Cineuropa. Le voile en question engloutit tous les téméraires qui tentent de le pénétrer… 

Autre long-métrage sélectionné : Acide de Just Philippot (réalisateur de La Nuée, qu’on espère pouvoir découvrir en salles très vite). Il s’agit de la version augmentée d’un premier court, réalisé en 2018. Le film, coscénarisé avec Yacine Badday,  se déroule en pleine canicule. Alors que des essaims de nuages inquiétants déversent des pluies acides dans une région française non-identifiée, la population est prise d’un mouvement de panique générale. Une famille séparée (Zyed, Marie et leur fille Selma) doit se retrouver pour affronter cette catastrophe climatique.

Le jury a été également séduit par le projet de Mael Le Mée, qui réalise avec Incarnation son tout premier long-métrage, dont il a écrit le scénario. Il y racontera l’histoire de Lou, « atteinte d’une malformation qui semble retarder sa puberté ». « Entre ses parents, ses amis, et l’irruption de « pirates de la chair », Lou s’acharne à devenir une « vraie fille ». En vain. Alors Lou finira par se libérer des genres humains… », peut-on lire dans l’article de Cineuropa

Image : La Nuée de Just Philippot © The Jokers / Capricci

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.