Entrer votre recherche

Spike Lee dévoile un court-métrage en forme de lettre d’amour à New-York

Partager

Le réalisateur a posté sur son compte Instagram ce film porté par la voix de Frank Sinatra, dans lequel on redécouvre la métropole vide et le travail presque invisible du personnel soignant.

Spike Lee a toujours eu un faible pour le New-York des périodes estivales -l’ouverture tout en swing de Do the Right Thing (1989) sentait bon l’euphorie des grandes vacances, sans parler de la canicule suffocante qui s’abattait sur un quartier terrorisé par un tueur en série dans Summer of Sam (1999). Fidèle à sa ville de coeur, dont il connaît chaque artère et recoin, le réalisateur a posé sa caméra dans la métropole en ces temps de confinement où la fureur a cessé, pour laisser place à un étrange calme. Dans un court-métrage de 3 minutes posté sur son compte Instagram, Spike Lee parvient, avec un sens du cadre toujours juste et des prises de vue sidérantes, à dépasser le simple panorama-cliché pour offrir une anti-carte postale en forme de déclaration d’amour.

—>> A LIRE AUSSI : Spike Lee met en ligne le scénario d’un film suspendu sur Jackie Robinson

Au son de la voix de Frank Sinatra (Tina, sa fille, a accepté de donner les droits de son célèbre tube New-York New-York) défilent des images de la Baie de New-York à la tombée de la nuit, alors que les vagues s’écrasent sur la plage vide, des terrains de basket de Brooklyn cadenassés, tandis que des balançoires seules s’élancent dans l’air et que des grandes roues, comme tristes, attendent des visiteurs.

Alternant plans en noir et blancs qui donnent la sensation d’une ville irréelle, sortie d’un autre temps, et images colorées qui rappellent l’effervescence habituelle de cette grande ville – les façades des théâtres de Manhattan, le téléphérique de Roosevelt Island, le Yankee Stadium -, cette balade filmée comme un road-trip fantomatique nous conduit ensuite vers les centres hospitaliers de la ville. Au vide succède alors la célébration d’une solidarité qui réinvestit peu à peu l’espace. Devant les hôpitaux, Spike Lee filme les volontaires venus aider le personnel soignant, les ambulances traçant les routes, les applaudissement aux fenêtres, tout un microcosme qui s’agite pour préparer l’après. Avant de s’intéresser, en grand spécialiste des portraits, aux visages de tous ces anonymes, qu’il filme collectivement en plans serrés. Signes que New-York n’attend que de se réveiller.

—>> A LIRE AUSSI : Spike Lee prépare une adaptation du spectacle musical « L’utopie américaine » de David Byrne

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Plain And Simple. Special Love Shout To Ms. TINA SINATRA,SONY/ATV,KERWIN DEVONISH (Camera),ADAM GOODE (Editor),TIM STACKER And KODAK For The Super 8 Film And Cameras.

Une publication partagée par Spike Lee (@officialspikelee) le

Le court-métrage est à voir ici.

Image : Capture d’écran Instagram

 

 

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.