Cinéma News newshome

Darius Khondji rejoint la série télévisée « Faces » de Pablo Larraín avec Julianne Moore et Clive Owen

Le célèbre chef-opérateur franco-iranien sera chargé de mettre en lumière cette série adaptée d’un best-seller psychologique de Stephen King. 

Derrière les plans bleutés et claustrophobes de Panic Room (David Fincher), les flous colorés de My Blueberry Nights (Wong Kar-wai), la lumière déclinante de The Immigrant (James Gray) se cache un seul et même homme, qu’on ne présente plus : Darius Khondji. D’après Input Magazine, le chef-opérateur (qui vient aussi de signer les très belles images à la fois organiques et urbaines d’Uncut Gems des frères Safdie) rejoindra l’équipe de Faces, la prochaine série de Pablo Larraín (dont le prochain film, Ema, sort mi-avril).

À LIRE AUSSI >> Notre portfolio sur Darius Khondji 

Petit point sur ce projet qui sera produit par Bad Robot (prestigieux label de J.J Abrams) et diffusé sur Apple TV+ : le cinéaste chilien s’est donné pour ambition d’adapter Lisey’s Story, best-seller de Stephen King paru en 2006. Il s’agit d’un des romans les plus psychologiques de l’auteur, dans lequel une veuve, après avoir refoulé des épisodes entiers de sa vie commune avec son mari, recouvre la mémoire et commence à reconstituer les facettes oubliées de son passé. Clairement l’un des projets les plus alléchants de 2021, surtout que le duo Julianne Moore/Clive Owen sera en tête d’affiche et que Stephen King a écrit les huit épisodes du show – de quoi (peut-être) rattraper le coup des récentes adaptations de l’oeuvre du romancier à l’écran (on ne citera que Simetierre, mais la liste des nanars inspirés de ses intrigues est longue).

À LIRE AUSSI >> Notre interview de Pablo Larraín pour son film Pablo Neruda

Pourquoi on mise quand même sur Faces ? D’abord parce que Pablo Larraín a prouvé avec Jackie – saisissant récit sur l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy vu à travers le regard traumatisé de sa femme Jacqueline Kennedy – qu’il maniait avec finesse le suspens psychologique. Ensuite parce que Darius Khondji s’y connaît en fresques crépusculaires  – il a travaillé avec Nicolas Winding Refn sur sa série-fleuve Too Old to Die Youngdans laquelle les néons fluorescents et les clairs-obscurs stylisés magnifiaient les bas-fonds de Los Angeles. Au passage, minute culturelle oblige, on vous conseille la lecture de l’ouvrage Conversation avec Darius Khondji, véritable voyage dans la filmo onirique et révolutionnaire du chef opérateur. 

Bonus : la bande-annonce d’Ema de Pablo Larrain, censé sortir à la mi-avril.

Image: Darius Khondji et Nicolas Winding Refn sur le tournage de 
Too Old to Die Young (c) Amazon