CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

"J'ai aimé vivre là" : Régis Sauder explore Cergy dans son prochain docu

  • Trois Couleurs
  • 2021-06-22

Le film prendra pour cadre cette Ville Nouvelle, terrain de jeu de Rohmer, Céline Sciamma et Guillaume Brac, avec pour fil rouge des textes d'Annie Ernaux.

Qu'est-ce qui relie Céline Sciamma, Guillaume Brac et Eric Rohmer ? Tous les trois entretiennent des liens secrets avec Cergy-Pontoise, commune de la banlieue parisienne située dans le Val-d'Oise. La première en est native, et en a fait le décor de Naissance des pieuvres, Bande de filles et de son dernier film, Petite Maman. Le deuxième a filmé avec un regard de sociologue le parc de loisir à ciel ouvert de cette ville nouvelle dans L'île au trésor, tandis que Rohmer, grand passionné des espaces péri-urbains en mutation, a sillonné Cergy tel un architecte dans L'Ami de mon amie.

L’île au trésor de Guillaume Brac : paradis périphérique

Lire notre critique

Lieu de passage, de rencontre, de mixité sociale, espace hybride où l'urbain se mêle à la nature et aux plaisirs de l'été : la commune périphérique méritait bien qu'on s'intéresse à son potentiel romanesque. C'est le documentariste Régis Sauder (auteur de Retour à Forbach, odyssée intime sur les terres minières de son enfance dans le Nord, et Nous, princesses de Clèves, sur des lycéens marseillais qui s'appropriaient l'oeuvre de Madame de La Fayette), qui s'y attèlera, d'après une info dénichée par la journaliste Brigitte Baronnet.

"Retour à Forbach" de Régis Sauder

Lire notre critique

Son prochain documentaire, J'ai aimé vivre là, prendra pour théâtre la Ville Nouvelle, et questionnera la notion de communauté, de racines, en prenant pour fil rouge l'oeuvre d'Annie Ernaux, romancière née à Cergy qui a fait de cette ville la matière première de son écriture.

Par exemple dans Regarde les lumières mon amour, conçu comme un journal de bord ancré au plus près du réel, l'écrivaine a consigné ses visites au centre commercial Auchan des Trois Fontaines à Cergy, pour donner un tableau de la vie ordinaire, représenter la France invisibilisée. Idem dans Journal du dehors, retranscriptions cliniques de scènes vécues dans le RER et les hypermarchés.

Annie Ernaux : « Le cinéma a tenu une place capitale à partir de la Nouvelle Vague pour moi »

Lire notre entretien

Un film qui retranscrira la poésie de ce lieu complexe, grâce aux mots d'Annie Ernaux, comme l'explique le communiqué du FID-Marseille, où il a été présenté en 2020 :

"Annie Ernaux, écrivaine dont l’œuvre à caractère autobiographique ne compte pas sans la dimension sociologique et politique, habite Cergy-Pontoise et le revendique : "J’ai aimé vivre là". En outre, sa vision du récit de "soi" en appelle, dans une tradition baudelairienne, à la foule des passants : ce sont les autres, écrit-elle sans équivoque, qui lui livrent "son" image : ce sont les visages, les allures, les bribes de conversation des habitants de cette ville qui sont porteurs de ses "confessions".

À cette position exemplaire s’ajuste la singularité de Cergy-Pontoise et de son histoire urbanistique : ville nouvelle dont un ancien village est le centre, urbanisme délibérément utopique (une préfecture, par exemple en forme de pyramide inversée), population aux origines mélangées, etc. Voilà du coup un film écrit au nous, et un cinéaste qui délègue avec la plus grande des attentions le cheminement de son film, qui s’égare avec appétit dans ces lieux si souvent caricaturés, qui réinvente le portrait d’écrivain, qui parvient à pointer la beauté diffractée de destinées d’ordinaire occultées."

Le film sortira au cinéma le 29 septembre prochain. En attendant, vous pouvez voir un premier extrait ici.

Image : (c) Shellac Distribution

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur