Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Critique
  • Article
  • 5 min

« Medusa » d'Anita Rocha da Silveira : un Brésil horrifique en voie d’évangélisation

  • David Ezan
  • 2022-03-10

Après le troublant teen movie « Mate-me por favor »,la Brésilienne Anita Rocha da Silveira confirme la richesse de son univers, à la croisée du giallo et de la satire politique, avec ce nouveau film stupéfiant sur l’appréhension de la féminité.

Elles sont jeunes et jolies, aussi apprêtées que des poupées de cire, fières de ce qu’elles représentent : un canon de féminité. Elles sont aussi de ferventes évangélistes en croisade contre les « pécheresses » qui osent faire acte d’émancipation. En bande, masquées, elles les agressent dans les rues sombres d’une ville brésilienne, les forçant à faire allégeance au Christ…

La cinéaste accentue les stéréotypes de genre jusqu’à leur paroxysme : obsession de la beauté discrète pour les unes, de la virilité pour les garçons de la congrégation, dans ce qui apparaît comme une géniale illustration du renouveau de l’idéologie traditionaliste. Medusa se veut un vaste détournement pop, questionnant les méthodes de séduction employées par les évangélistes pour attirer la nouvelle génération dans leurs filets.

Car il s’agit bien de séduction, les filles se faisant les sirènes d’un mal aux relents fascistes. L’une d’elles se décentrera progressivement du groupe, fascinée par l’histoire d’immolation punitive d’une « pécheresse » : c’est que, chez Anita Rocha da Silveira, les jeunes filles font toujours des légendes les plus sordides une échappatoire, un moyen de se mettre en danger et, in fine, de mettre en question leur rapport au monde.

Medusa de Anita Rocha da Silveira, Wayna Pitch (2 h 07), sortie le 16 mars

Image : © Wayna Pitch

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur