Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • Article
  • 4 min

Dix bouquins cinéphiles à dévorer

  • Trois Couleurs
  • 2022-03-22

À feuilleter en se prélassant sur l’herbe d’un parc ensoleillé : une célébration fiévreuse des actrices-sorcières, les correspondances de Truffaut avec des écrivains, une BD élégante et rock sur Martin Scorsese ou encore un livre passionnant sur l’affaire Bruno Reidal.

L’ART DU JEU D’ACTEUR

À tous les apprenti·e·s actrices et acteurs : on recommande vivement ce livre pédagogique qui nous fait vivre comme si on y était les célèbres cours de Stella Adler (suivis notamment par Marlon Brando, Salma Hayek, Robert de Niro…), comédienne devenue professeure renommée d’art dramatique dans les années 1940 à New York. Ses vingt-deux leçons ont été réunies par le critique de théâtre Howard Kissel, qui a condensé des transcriptions audio ou manuscrites de ses cours pour en tirer ce livre, maintenant traduit aux éditions Capricci. Joséphine Leroy

:  L’art du jeu d’acteur de Stella Adler et Howard Kissel (Capricci, 296 p., 22€)

FRANÇOIS TRUFFAUT. CORRESPONDANCE AVEC DES ÉCRIVAINS 1948 – 1984

Amoureux invétéré de la littérature, à l’image de la quasi-totalité de ses personnages, François Truffaut était le compagnon épistolaire d’un bon nombre de ses auteurs fétiches. Louise de Vilmorin, Jean Cocteau, Ray Bradbury, Elie Wiesel, ou encore Maurice Pons : tous ont pris la plume pour lui répondre. De ces 500 lettres se dégage l’idée pure d’un amour commun pour les arts, bien qu’au détour d’un hommage ému ou d’une déclaration joviale, vienne se caler un léger accroc ou une négociation laborieuse. Les mots de Truffaut, gonflés d’ardeur, emportent loin nos désirs de cinéma. Cannelle Anglade

: François Truffaut. Correspondance avec des écrivains 1948 – 1984 de Bernard Bastide (Gallimard, 522 p., 24€)

À écouter : Philosopher avec François Truffaut sur France Culture

Lire l'article

MARTIN SCORSESE

Comment un gamin asthmatique de Little Italy est-il devenu une figure de proue du Nouvel Hollywood ? Pour y répondre, le graphiste Amazing Ameziane a imaginé une biographie peu conventionnelle de Martin Scorsese. Adoptant une esthétique cinématographique – des vignettes très vivantes qui imitent les travellings chers au réalisateur de Taxi Driver -, ce roman-graphique raconté à la première personne nous immerge dans les coulisses de son incroyable vie. C’est rock’n’roll et élégant, comme les films de Marty. Léa André-Sarreau

: Martin Scorsese d’Amazing Améziane (Editions du Rocher, 22,90 €, 384 p.)

Les films que Martin Scorsese préfère regarder à la place des Marvel

Lire l'article

SERGUEÏ LOZNISTA - UN CINÉMA À L'ÉPREUVE DU MONDE

Aujourd’hui encore plus qu’hier, le regard incisif du cinéaste ukrainien Serguei Loznitsa s’impose comme l’un des plus singuliers et novateurs du champ cinématographique contemporain. Quinze contributeurs, parmi lesquels Céline GailleurdDamien Marguet et Eugénie Zvonkine, entrent en résonnance avec l’imposante œuvre du réalisateur (28 films, longs et courts, documentaire, fiction, ou les deux). Les points de vue s’entrechoquent et permettent de mieux saisir l’immensité et la qualité de son travail, sélectionné dans les Festivals les plus prestigieux comme ceux de Cannes, Venise ou Berlin. C.A

: Sergueï Loznista - Un cinéma à l'épreuve du monde - Collectif (Presses universitaires du Septentrion, 314 p., 25€)

Vu au Cinéma du réel : « Mr. Landsbergis » de Sergei Loznitsa

Lire la critique

ACTRICES-SORCIÈRES

Avec ce premier livre, Thomas Stélandre (plume pour Libé notamment) réveille nos passions, dès sa préface où il raconte que tout petit, il en pinçait plus pour les sorcières que pour les princesses. On est ensuite conquis par les portraits enflammés qu’il consacre à des actrices qui l’ont touché en écornant d’une façon ou d’une autre le mythe de la comédienne mignonne et docile : les volcaniques Asia Argento, Béatrice Dalle, Rose McGowan ; l’obstinée Jennifer Jason Leigh ; les sacrifiées Sheryl Lee ou Sean Young. Bien d'autres figures belles-bizarres sont conviées à ce bal des marginales - le meilleur type de célébration qui soit. C.A

: Actrices-sorcières de Thomas Stélandre (Capricci, 168 p., 17€)

Béatrice Dalle : « J’ai envie d’opérettes sanglantes »

Lire l'interview

ROMY SCHNEIDER. LES ACTRICES SE BRISENT SI FACILEMENT

De l’adoration à l’indifférence des médias, des feux de la rampe au désespoir : le destin de la lumineuse et hypersensible Romy Schneider, mise à l’honneur à la Cinémathèque en ce moment, est l’objet de cet essai publié par Capricci. Faustine Saint-Geniès y dresse le portrait d’une actrice qui, chez Sautet, Visconti ou encore Zulawski a tour à tour incarné des femmes brisées, repentantes ou incestueuses. Une carrière faite de grands écarts, mais surtout d’une inépuisable soif de jouer, auquel ce récit pudique rend hommage. L.A-S

: Romy Schneider. Les actrices se brisent si facilement de Faustine Saint-Geniès (Editions Capricci, 104 p., 11€50)

PORTFOLIO · Romy Schneider en lumière

Lire l'article

MUSIDORA: ELLE ÉTAIT UNE FOIS LE CINÉMA

Drapée de soie noire, les yeux bordés de khôl, Jeanne Roques devient Musidora, la première vamp de l’histoire du cinéma. Propulsée par le film à épisodes Les Vampires de Louis Feuillade au début du XXe siècle, la silhouette moulée de Musidora est exhibée dans le tout Paris, son nom mystérieux est sur toutes les lèvres. Arnaud Delalande (au scénario) et Nicolas Puzenat (au dessin) racontent la légende : comment est-elle devenue l’incarnation de la femme fatale ultime ? C.A

: Musidora : elle était une fois le cinéma d'Arnaud Delalande et Nicolas Puzenat (Robinson, 64 p., 15€)

JANE CAMPION PAR JANE CAMPION

Son dernier film, The Power of The Dog (sorti en 2021 sur Netflix), réinvestit avec brio le mythe viriliste du cowboy. Sans se laisser enfermer dans aucun carcan, la grande Jane Campion (La Leçon de piano, Palme d’or en 1993) signe depuis des années des films qui s’intéressent à la subjectivité de ses personnages féminins. Films après films, le critique Michel Ciment s’est entretenu avec la cinéaste néo-zélandaise pour comprendre son modus operandi. Le résultat : ce livre brillant, initialement publié en 2014 et qui s’offre une édition réaugmentée, avec de nouveaux documents et illustrations. Photos de tournages, photogrammes, scripts annotés, storyboards… Tout est là pour saisir l'ampleur romanesque des films de Campion. J.L

: Jane Campion par Jane Campion de Michel Ciment (Cahiers du cinéma, 240 p., 45€).

Blow Up décrypte les génériques de Jane Campion

Lire l'article

LE PURGATOIRE DES SENS. LOST HIGHWAY

Loin de déflorer le mystère de Lost Highway – dans lequel le spectateur suivait l’assassinat d’une femme du point de vue de son meurtrier schizophrène – cette exégèse passionnante de Guy Astic décortique le thriller psychotique de David Lynch à l’aune de son esthétique pulsionnelle. Images subliminales et claustrophobes, jeux de miroir troublants, formes abstraites et figuratives : la plasticité sensuelle et trompeuse de David Lynch est ici passée au crible. A dévorer les soirs d’orage, bien au chaud sous sa couette. L.A.S

: Le Purgatoire des sens. Lost Highway de David Lynch de Guy Astic (Editions Rouge profond, 284 p., 23€)

David Lynch : l’attrape-rêves

Lire l'article

L’AFFAIRE BRUNO REIDAL

Ça a été un de nos plus gros chocs à Cannes en 2021. Bruno Reidal. Confession d’un meurtrier de Vincent Le Port (en couv de notre nouveau numéro) porte à l’écran les Mémoires d’un jeune paysan du Cantal ayant commis un meurtre affreux au début du XXe siècle. Avec une mise en scène tranchante et des décors bucoliques, le film pose la question des limites de l’empathie. A l’occasion de sa sortie le 23 mars, Capricci a édité ce passionnant livre qui restitue le rapport d’Alexandre Lacassagne, fondateur de l’anthropologie criminelle qui a suivi Bruno Reidal pendant son incarcération. Ces documents précieux, qui font ressurgir plusieurs voix d’outre-tombe, sont suivis d’un entretien avec Vincent Le Port. Âmes sensibles, passez votre chemin. J.L

: L’Affaire Bruno Reidal (Capricci, 136 p., 10€)

Regarder la violence : entretien croisé entre Gisèle Vienne et Vincent Le Port

Lire l'interview

Vincent Le Port, esprit sauvage

Lire le portrait

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur