CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Cannes 2021
  • Critique
  • Article

« Benedetta » : le biopic outrancier et jubilatoire de Paul Verhoeven

  • Corentin Lê
  • 2021-07-10

Au 17e siècle, une nonne entretient une relation passionnelle avec une jeune novice dans un couvent en Italie. Paul Verhoeven signe avec Benedetta, présenté en Compétition, un film passionnant sur l'ambivalence de la croyance en la représentation.

Ode au miracle de la foi ? Ou au contraire satire féroce exhibant tout ce que pourrait bien relever, aux yeux de l'église catholique, du blasphème et du sacrilège ? Comme ses personnages, dont on ne sait jamais vraiment s'ils jouent délibérément un rôle ou s'ils croient véritablement en ce qu'ils racontent, Benedetta est un film qui brille lorsqu'il évolue, en équilibre, sur cette fine ligne séparant le mensonge de la vérité, le doute de la crédulité. En adaptant l'ouvrage de Judith C. Brown, consacré au scandale provoqué au 17te siècle par la relation lesbienne entre une nonne, Benedetta Carlini (Virginie Efira), et une novice, Bartolomea (Daphné Pataki), Paul Verhoeven continue, après Elle, d'interroger la place centrale du jeu et du simulacre dans les rapports humains.

La relation (interdite) entre les deux religieuses prend place dans les recoins d'un couvent en forme de grande scène de théâtre, où l'on procède à des répétitions et à des cérémonies ordonnées. Chez Verhoeven, la religion, au même titre que le sexe, est affaire de mise en scène et de cinéma : il y a un protocole, plusieurs étapes, des douleurs et des plaisirs, mais surtout un échange permanent entre voir et montrer, entre exhibitionnisme et voyeurisme.

La première des visions christiques de Benedetta, qui lui vaudront plus tard d’être sanctifiée puis amenée sur le bûcher, surgit ainsi au beau milieu d'une performance carnavalesque, où la nonne est à la fois actrice (elle joue la vierge Marie) et spectatrice (elle fantasme Jésus en train de descendre d’une colline). Devant Benedetta (le film), le spectateur est aussi invité à se perdre dans les méandres d’un spectacle joyeusement grotesque, qui se révèle, à mesure de l’avancée du récit, de plus en plus malin et retors.

Paul Verhoeven : « Dans l’imaginaire chrétien, les femmes étaient coupables »

Lire notre entretien

Empruntant une forme télévisuelle assez ingrate, comme pour mieux accentuer son étrangeté, Benedetta avance à la manière d’un cheval de Troie, pour finalement livrer un beau finale sur la possibilité de croire au miracle malgré les contours aberrants d’un monde qui, comme souvent chez Verhoeven, sonne décidément faux.

« Benedetta » : ce qu’en pensent les critiques sur Twitter

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur