Entrer votre recherche

SÉRIE — « Ramy » de Ramy Youssef : la crise de foi d’un millenial américain

Partager

Rare série à raconter la foi, musulmane de surcroît, sans tomber dans les clichés, Ramy explore avec brio les turpitudes et rédemptions de son héros et a rapporté en 2019 un Golden Globe du meilleur acteur dans une série télévisée comique à son créateur et interprète principal, Ramy Youssef.

À la fin de la saison 1, on l’avait quitté en Égypte, au terme d’un voyage spirituel plutôt foiré – qu’on laisse découvrir aux futurs convertis à la série. On le retrouve dans la maison familiale du New Jersey, accro aux bonbons gélatineux autant qu’aux films pornos. Deux saisons déjà que Ramy Youssef, à peine 30 ans, fils d’immigrés égyptiens et musulmans pratiquant davantage que ses parents, tente de résoudre son équation spirituelle. Tiraillé entre les préceptes de l’islam, sa libido explosive et une bande de potes pas franchement encourageants, Ramy doit sans cesse confronter son idéal de pureté à la réalité d’une vie de millenial américain. Un équilibre précaire ponctué de petits (et gros) arrangements avec sa foi, qui trouve son apogée dans une rencontre avec le charismatique sheikh d’une mosquée soufie, interprété par Mahershala Ali (House of Cards, Moonlight, Green Book).

Ramy, persuadé d’avoir trouvé sa planche de salut dans la bay’a (un serment d’allégeance spirituel) contractée avec son nouveau guide, se donne à fond, aidant là un jeune vétéran américain atteint de stress post-traumatique ou se rachetant auprès d’un prince saoudien, dans un épisode surréaliste qui rappelle l’excellente série Atlanta. Mais voilà : Ramy a beau être sincère, il n’en reste pas moins lâche. Un antihéros égoïste et un brin manipulateur, terrifié à l’idée de décevoir, mais incapable d’assumer ses choix. Avec cet alter ego fictif, Ramy Youssef a voulu ouvrir le dialogue. Pas entre les musulmans et les autres, mais à l’intérieur de la communauté elle-même. Lui qui se rappelle avoir grandi sans personne qui lui ressemblait vraiment à la télé décrit dans The New York Times sa série comme un « défi spirituel » et cherche moins à décrire une expérience universelle qu’à raconter sa propre réalité. NORA BOUAZZOUNI

saisons 1 et 2 disponibles sur la plateforme Starzplay

À LIRE AUSSI :  I May Destroy You : l’étourdissante série de Michaela Coel

 

 

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.