Entrer votre recherche

Repéré : une belle fresque en hommage à Agnès Varda dans le 14e arrondissement

Partager

La mairie du 14e arrondissement rend un bel hommage à la cinéaste, habitante du quartier Daguerre qu’elle a filmé à de nombreuses reprises. L’inauguration aura lieu le 12 septembre à 11h, au 1, rue Charles d’Ivry.

« J’habite Paris XIVe et pas Paris. » En 2013, dans un poème en prose urbaine publié par Libération, Agnès Varda déclarait son attachement à cet arrondissement dont elle était devenue une figure incontournable, un personnage essentiel.

Pour rendre hommage à la cinéaste regrettée, disparue en mars 2019, Carine Petit, maire du 14e arrondissement, a décidé de dédier une fresque à la cinéaste, en concertation avec Rosalie Varda et Mathieu Demy, ses enfants. « La fresque, située rue Charles d’Ivry, à proximité immédiate de la rue Daguerre, est une réalisation de JBC, street-artiste à l’origine de plusieurs oeuvres d’art urbain à Paris [ses oeuvres sont à découvrir ici, sur son site officiel, ndlr]. Elle représente certains personnages emblématiques de l’univers d’Agnès Varda et son ancrage dans le 14e arrondissement, où elle vécut de 1951 à 2019″, précise le communiqué officiel.

Une façon aussi de rappeler que le street-art et les graffitis ont toujours occupé une place importante dans la carrière d’Agnès Varda. Dans Murs murs (1981), elle filmait déjà les fresques murales de Los Angeles, avant de collaborer, à la fin de sa carrière, avec l’artiste contemporain JR, qui ont tout deux déambulé à bord d’un camion photographique dans le documentaire Visages Villages. 

 À LIRE AUSSI : RÉCIT: Une journée avec Agnès Varda

Alors qu’elle n’est qu’une jeune photographe, Agnès Varda achète dans le quartier une boutique d’encadrement qui deviendra son atelier, avant que Jacques Demy ne vienne habiter avec elle en 1958, et qu’ensemble, ils aménagent une courette-jardin. Très vite, ce quartier populaire et artistique devient le décor de ses films : dans son documentaire Daguerréotypes, elle capture des moments de vie de ses voisins et commerçants, enregistre les mutations sociologiques de cette artère vivante.

C’est aussi dans le 14e que déambule Cléo, la chanteuse tourmentée du film de Varda, traînant la vacuité de son existence rue Delambre et gare Montparnasse. La rue Daguerre, c’est aussi là où la cinéaste a installé une « Daguerre-Plage », référence malicieuse à Paris-Plage (qui nous ramène à une mémorable séquence visible dans Les Plages d’Agnès).

L’inauguration aura lieu 1, rue Charles d’Ivry dans le 14e, le 12 septembre à 11h.

 À LIRE AUSSI : Agnès Varda: l’art de la déambulation

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.