Entrer votre recherche

Disparition de Michael Lonsdale : 3 films à voir dès ce soir

Partager

Bourgeois engoncé dans ses valeurs étriquées chez François Truffaut, voyeuriste décontracté et impertinent chez Jean Eustache… On vous propose de (re)découvrir, en trois films, le talent et l’élégance sans faille du grand Michael Lonsdale, qui nous a quittés ce lundi à l’âge de 89 ans.

Une sale histoire de Jean Eustache (1977), dispo sur la chaîne viméo de Cineticle

« Par-delà le concept, l’histoire racontée, les mots utilisés sont à tomber par terre. C’est tellement loin de ce qu’on peut trouver dans le cinéma actuel qu’il faut le voir. » Dixit Gaspar Noé qui nous a conseillé, à l’occasion de la semaine spéciale que nous lui consacrons, ce malicieux diptyque qui brouille les frontières entre documentaire et fiction. Dans ce film à trous, Michael Lonsdale se met doublement en scène, à la fois dans son propre rôle mais aussi dans celui, inventé, de Jean-Noël Picq. Dans le décor d’un salon parisien, l’acteur incarne un voyeuriste qui raconte ce qui lui plaît dans le fait d’observer des gens dans les toilettes d’un café. Méta et ludique, libre et mystérieux, drôle et impertinent, ce film s’amuse à susciter chez le spectateur un trouble – en observant celui qui regarde, ne serait-il pas voyeur, lui aussi ? – tout en questionnant la distanciation au réel qu’impose le cinéma. Si l’objet peut sembler rebutant du fait de sa narration complexe, l’incroyable performance de Michael Lonsdale, tout en décontraction élégante et malicieuse, nous accroche au récit du début à la fin.

Le film est disponible sur la plateforme Tënk.

À LIRE AUSSI : L’entretien du mois : Michael Lonsdale 

Baisers volés de François Truffaut (1968), dispo sur Netflix

Truffaut suit Antoine Doinel, jeune homme bien peigné et l’air mutin, dans son initiation amoureuse. Se retrouvant presque malgré lui embauché dans une agence de détectives, il se retrouve au service de Georges Tabard, un chausseur incarné par un Lonsdale tellement flegmatique qu’il en devient drôle lorsqu’il lui demande d’enquêter pour enfin savoir pourquoi personne ne l’aime, à commencer par sa femme Fabienne Tabard (l’icône féministe Delphine Seyrig). Une séquence culte où Lonsdale joue avec génie d’une élocution concise et sévère pour imposer un personnage engoncé dans ses préceptes petits bourgeois.
Pour voir le film, cliquez ici

India Song de Marguerite Duras (1975), dispo sur Filmo TV 

Quand la diction parfaite de Michael Lonsdale rencontre encore une fois la voix grave de Delphine Seyrig, cette fois sur la prose de Marguerite Duras, cela donne India Song, drame nébuleux resté gravé dans les mémoires pour son montage labyrinthique et son mixage sonore si particulier – différentes voix-off commentent l’action, dans une désynchronisation entre son et image. Michael Lonsdale y interprète un vice-consul disgracié, courtisant Anne-Marie Stretter, l’épouse d’un ambassadeur de France dans l’Inde britannique des années 1930. Le temps d’une soirée à Calcutta, ces deux âmes esseulés se croisent puis se perdent au carrefour de miroirs et de couloirs interminables, comme deux fantômes pas tout à fait prêts (ou trop écorchés par la vie) pour s’aimer. « Il est tout à fait inutile qu’on aille plus loin vous et moi. Les histoires d’amour, vous les vivez avec les autres. Nous n’avons pas besoin de cela », lance le vice-consul de Lahore à Anne-Marie Stretter. Visage impassible, timbre inébranlable, corps raidi dans un costume blanc : l’acteur incarne une sorte de présence-absence, et son apparent flegme sophistiqué cache un désespoir déchirant. 

Le film est disponible sur Filmo TV

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.