Entrer votre recherche

[PLAYLIST] François Ozon nous parle de la bande-originale d’Été 85

Partager

Dans Été 85 – qui a reçu le label Cannes et sortira le 14 juillet au cinéma -, François Ozon renoue avec ses premières oeuvres solaires, habitées par le désir brûlant d’une jeunesse qui se cherche, en suivant le temps d’un été sur la côte normande la romance entre deux jeunes garçons (Felix Lefebvre et Benjamin Voisin). Un teen-movie nostalgique et tendre dont la bande-originale tout droit sortie des eigthies ravit les oreilles. À deux jours de la Fête de la musique, le réalisateur la commente pour nous. 

Sailing, Rod Stewart

« Pour la scène de danse, moment-clé du film, je cherchais une chanson très marquée années 80, et c’était capital car il fallait une chorégraphie qui aille dessus. Dans le livre d’Aidan Chambers, Dance On My Grave [dont Été 85 est une adaptation et qui est titré La Danse du coucou, ndlr], c’est le générique de Laurel et Hardy qui fait « tik tak tok » qui est importante, et ressemble à un coucou. Félix Lefebvre m’a demandé : « Tu connais cette chanson ? Ça parle de naviguer, d’être seul… ». Je me suis dit que ça correspondait totalement au sentiment d’abandon de son personnage à un moment donné du film.

Pour moi, la chanson n’est pas culte, je l’ai choisie surtout par rapport au scénario. Mais le cinéma, parfois, c’est quelque chose de magique : les chansons qu’on ne trouve pas extraordinaires s’incarnent grâce à l’image et prennent une autre dimension. J’avais déjà ressenti cet effet dans mon court métrage Une Robe d’été, avec la chanson de Sheila, Bang Bang. La version de Nancy Sinatra a beau être meilleure, grâce aux acteurs, à la projection, la force du morceau est comme redoublée. »

À LIRE AUSSI : [INTERVIEW] François Ozon : « Été 85 va prendre un sens différent après ce qu’on a tous vécu »

In Between Days, The Cure 

« C’est un morceau de l’époque que j’ai beaucoup écouté. Je me souvenais particulièrement du clip. Il y avait eu un reportage à la télévision sur le making of et, comme c’était un moment où je faisais mes premiers films en Super 8, j’avais été saisi parce qu’ils avaient accroché la caméra à un fil. Robert Smith lançait la caméra et la faisait tanguer. J’adore cette énergie, c’est ma période new wave. »

Chercher le garçon, Taxi Girl

« Le morceau n’est pas présent dans le film, ça aurait presque été trop évident. Mais la pochette de l’album apparaît dans le décor, dans la chambre d’ado d’Alexis. J’avais déjà utilisé cette chanson dans un de mes courts métrages de jeunesse. Là, il est juste comme une trace, un clin d’oeil. »

 

Toute première fois, Jeanne Mas

« Ce titre agit surtout comme un marqueur de l’époque dans la scène de la fête foraine. Avec un peu d’ironie, comme c’est aussi le temps des premières fois pour Alex. »

 

Cruel Summer, Bananarama

« C’est un morceau très joyeux, joué dans un moment de bonheur entre les deux garçons quand ils vont faire du shopping. J’aurais pu l’utiliser lors d’épisodes très importants du film, mais il manquait un peu de mélancolie à la musique… »

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.