Entrer votre recherche

Joel Coen et Frances McDormand parlent de leur adaptation de « MacBeth »

Partager

Le projet, dont l’avancement a été suspendu en raison de l’épidémie du coronavirus, s’annonce fidèle à l’esprit déluré et grinçant de Joel Coen.

L’univers tragique et spectral de Macbeth entrant en collision avec l’humour noir et absurde de Joel Coen? L’équation artistique n’a rien de l’hypothèse, même si elle paraît aussi improbable que jouissive. Il y a quelques mois, on apprenait que le réalisateur se lançait dans le premier projet solo de sa carrière, après dix-neuf projets écrits à quatre mains avec son frère Ethan Coen, pour adapter la pièce de théâtre la plus populaire et sanglante de Shakespeare écrite en 1623, avec pour têtes d’affiche Frances Mc Dormand, Brendan Gleeson et Denzel Washington. On s’en doutait : Joel Coen, électron libre à l’esprit anti-conformiste, ne se contentera pas de transposer littéralement cette histoire de vengeance médiévale, parabole sur la soif de pouvoir qui raconte l’accession au trône d’Écosse du général Macbeth, poussé au régicide par sa femme et trois sorcières avant de sombrer dans la folie, rongé par la culpabilité et la paranoïa. Dans une interview vidéo postée par The Film Stage, Joel Coen et Frances Mc Dormand sont revenus sur la genèse du film, et la façon dont ils comptent réactualiser le texte original au prisme de leurs propres obsessions.

—>>> A LIRE AUSSI: Bientôt la première série des frères Coen

« Je pense que l’un des choses très importante à propos de l’adaptation de Joel est que nous ne l’appelons pas « Macbeth », mais « La Tragédie de Macbeth », une distinction importante. Dans cette adaptation, nous explorons l’âge des personnages, les Macbeth sont plus vieux. Denzel [Washington, ndlr] et moi sommes plus âgés que les Macbeth, comme c’est souvent le cas. Nous sommes post-ménopausés, nous avons dépassé l’âge de la procréation. La pression autour de leur ambition d’avoir la couronne est plus importante, (…) c’est leur dernière chance de gloire ».

https://www.instagram.com/tv/B-xNucdjpIT/?utm_source=ig_embed

Autre changement majeur à prévoir. Dans la pièce originale, l’abandon à la démesure de MacBeth est scellé par sa rencontre avec trois sorcières, sorte de Parques inspirées de la mythologie romaine qui l’incitent au meurtre en lui prédisant qu’il deviendra roi. Symbole presque biblique du mal, elles incarnent la facette sombre qui sommeille en chacun. « Dans cette adaptation, les sorcières sont en fait toutes jouées par [l’actrice Kathrun Hunter] » a expliqué Joel Coen, qui aura la lourde tache de camper « à elle seule toutes les sorcières » semblables à « des oiseaux, sortes de charognards des champs de bataille », précise-t-il.

—>> A LIRE AUSSI: En vidéo : la quiétude dans le cinéma des frères Coen

On vous prévient : contrairement au Château de l’araignée, adaptation de MacBeth par Kurosawa qui frôlait le conte étrange, onirique, embué dans le brouillard du Mont Fuji, cette version s’inscrira clairement dans la veine du thriller, puisque pour Joel Coen, la pièce fait écho aux romans policiers : « Il est intéressant de voir comment Shakespeare a en quelque sorte préfiguré certains tropes dans la littérature américaine du thriller et du crime qui étaient courants au début du XXe siècle. » Qu’en sera-t-il de la sacro-sainte langue de Shakespeare ? Joel Coen n’y touchera pas : « Je conserve la langue de Shakespeare (…). La seule chose que j’ai faite, comme c’est souvent le cas dans ces adaptations, un peu plus ou un peu moins, c’est un peu d’édition. Mais je dirais qu’on a préservé environ 85% de la langue de la pièce dans les dialogues. »

Image: Copyright Paramount Pictures France/DR

 

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.