Entrer votre recherche

[HOMMAGE] Kirk Douglas en cinq rôles emblématiques

Partager

Dernier témoin de l’âge d’or hollywoodien, Kirk Douglas nous a quittés à l’âge de 103 ans, fort d’une carrière où il a croisé la route d’Elia Kazan, Stanley Kubrick, Anthony Mann et bien d’autres. Pour se rappeler à quel point il reste immortel dans la mémoire des cinéphiles, flashback sur ses 5 rôles les plus marquants.

 

La Vie passionnée de Vincent van Gogh, Vincente Minnelli (1956)

Boxeur aux dents serrés dans Le Champion, producteur cruel dans Les Ensorcelés : Kirk Douglas a construit à travers ses performances une aura de dur à cuir aux yeux perçants. En lui offrant le rôle-titre dans son biopic crépusculaire sur le peintre néerlandais, Vincente Minnelli fait soudain surgir à l’écran les blessures insoupçonnées de l’acteur, qui déclare en 1988 dans ses mémoires avoir repoussé ses limites pour comprendre le tourment intérieur de l’artiste : « Parfois, il fallait que je m’empêche de me toucher l’oreille pour vérifier qu’elle était bien là (…). Ça a été une expérience effrayante, j’étais proche de la folie. » Un mal de vivre qui lui allait si bien qu’il a remporté le Golden Globes du Meilleur acteur pour sa prestation.

—> A LIRE AUSSI: 100 ans de Kirk Douglas en 10 genres

Spartacus, Stanley Kubrick (1960)

Muscles saillants, visage crispé par la détermination et agrémenté de sa petite fossette habituelle : avec ce grand péplum engagé en forme de parabole contre l’oppression, Kirk Douglas, qui interprète ici un gladiateur menant une armée d’esclaves en révolte contre l’empire romain, devient définitivement un symbole politique iconique. Devant comme derrière la caméra d’ailleurs, puisque l’acteur, subissant la chasse aux sorcières du sénateur américain McCarthy (anti-communiste notoire) à l’ère de la Peur rouge, fait apparaître au générique le nom de Dalton Trumbo, scénariste ostracisé d’Hollywood en raison de ses opinions communistes.

Paris brûle-t-il ? René Clément (1966)

Le saviez-vous ? Kirk Douglas rêvait de travailler avec François Truffaut et Claude Sautet (comme il l’explique dans cette archive), mais c’est pour un autre cinéaste français qu’il a tourné : René Clément. Dans Paris Brûle-t-il?, fresque historique et chorale qui retrace les actions de la Résistance pour conduire à la Libération de Paris, l’acteur interprète aux côtés d’une myriade de stars (Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Yves Montand) le charismatique général Patton. Un rôle un peu oublié, qui en dit pourtant long sur les convictions politiques de Kirk Douglas, fervent démocrate.

Les Sentiers de la gloire, Stanley Kubrick (1957)

Censuré en France pendant près de 18 ans (notamment pour sa critique des actions du gouvernement français pendant la Première Guerre mondiale), Les Sentiers de la gloire est sa première collaboration avec Stanley Kubrick. Interprétant le colonel Dax, Kirk Douglas y campe un personnage s’opposant à l’injustice de la hiérarchie militaire voulant sacrifier des hommes. On ne se lassera jamais de ces travellings où celui-ci traverse les tranchées sous les bombes face aux regards à la fois terrifiés et admiratifs des soldats.

Furie, Brian De Palma (1978)

À 62 ans, Kirk Douglas affiche une forme olympique dans Furie où il campe un père prêt à tout pour retrouver son fils, enrôlé de force par une agence gouvernementale souhaitant exploiter ses pouvoirs. Réalisé à la suite de Carrie au bal du diable (1976), Furie est la première collaboration entre Douglas et Brian De Palma (avant le mineur Home Movies) dans laquelle l’acteur, qui avait alors la soixantaine passée, n’a pas hésité à donner physiquement du sien (le film s’ouvre d’ailleurs sur Kirk Douglas et son fils nageant le plus vite possible dans l’eau pour déterminer qui arrivera le plus vite sur la terre ferme).Preuve que, peu importe l’âge : personne n’arrive à la cheville de Kirk.

Esteban Jimenez et Léa André-Sarreau
Images: Copyright Ciné Classic/ Carlotta

 

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.