Entrer votre recherche

Céline Sciamma, Alfred Hitchcock… Les recommandations ciné de Guillermo Del Toro

Partager

Sur Twitter, le cinéaste a appelé ses camarades cinéastes à livrer leurs coups de coeur ciné, en cette période de confinement, et s’est lui aussi prêté à l’exercice. Dans son thread défilent ainsi les films de Céline Sciamma, Alfred Hitchcock ou encore Stanley Donen.

Une chronique fantastique et rétro sur fond de guerre civile espagnole (L’Echine du diable, 2001), un conte de fées terrorisant convoquant les peintures sanglantes de Francisco de Goya (Le Labyrinthe de Pan, 2006), une histoire d’amour aquatique et baroque (La Forme de l’eau, 2017)… Un bref coup d’oeil à la filmographie du réalisateur mexicain suffit à prouver à quel point Guillermo del Toro a toujours aimé mélanger romantisme et gore, intrigues « nobles » et scénarios de série B. Avec un mauvais goût parfois prononcé et pas mal plein de second-degré distancié. Alors que le tournage de son nouveau film Nightmare Alley  a été suspendu en raison de l’épidémie de Covid-19, le cinéaste a publié un thread sur Twitter pour informer ses fans de sa watch-list du moment.

Au programme de ce ciné-club spécial confinement, on retrouve notamment Naissance des pieuvres, Bande de filles et Tomboy de Céline Sciamma (visiblement, del Toro est un fan absolu de la cinéaste française !), mais aussi beaucoup de films figurant au panthéon de la prestigieuse collection Criterion comme A Woman’s Face de Gustaf Molander (qui inspira le remake de George Cukor avec Joan Crowford). Citons également Chantons sous la pluie de Stanley Donen et Fenêtre sur cour d’Hitchcock, des films qui « résistent à l’épreuve des balles » et que Del Toro visionne avec ses enfants avant d’aller cuisiner. Côté série, il valide, et ça nous rassure, la dernière saison d’Ozark, polar sombre sur un conseiller financier chargé de blanchir des capitaux pour un cartel de drogue et Better Call Saul, préquel de Breaking Bad. 

Appelant ses petits camarades réalisateurs à livrer leurs propres secrets, Guillermo del Toro a récolté une salve de réponses de la part d’Ari Aster, qui s’est replongé dans la fresque mafieuse culte Les Soprano, mais aussi Scènes de la vie conjugale d’Ingmar Bergman (« Ce fut un réconfort de voir deux personnes morbidement désenchantées se décimer l’une l’autre dans le confort et l’intimité de LEURS maisons » a-t-il précisé ironiquement). De son côté, Ava DuVernay a revu Le Cheval de Turin du réalisateur hongrois Béla Tarr, un récit apocalyptique et visionnaire, et… Coup de foudre à Notting Hill avec Hugh Grant et Julia Roberts, histoire de se réconforter. Prêt(e)s à vous frotter à cet exercice ?

Image: Copyright capelight pictures
Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.