Entrer votre recherche

ARCHIVE : La première interview française de James Gray en 1994

Partager

En 1994, James Gray faisait sa première apparition à la télévision française pour parler de Little Odessa. L’INA a retrouvé cette archive.

L’INA (Institut national de l’audiovisuel) a exhumé la toute première interview télé de James Gray à l’occasion de la sortie le 18 septembre de son dernier film spatial, Ad Astra (lire notre critique ici). On est alors en 1994 sur le plateau de l’émission de France 2 « Le Cercle de Minuit ». Face à la journaliste Laure Adler, le réalisateur américain vient présenter son premier long-métrage Little Odessa, Lion d’argent du meilleur réalisateur à Venise en 1994.

https://twitter.com/Inafr_officiel/status/1174229318068838400

Costume gris un peu trop grand et cravate bien nouée, il raconte sa première claque au cinéma. A 10 ans, contre l’avis de sa mère, son père l’amène voir Apocalypse Now (1979) de Francis Ford Coppola. Une révélation : « Je me suis rendu compte pour la première fois que le médium des films pouvait être autre chose qu’un simple jouet. C’était une incroyable expérience même si 90% du film m’a échappé. Peu importe, c’était si puissant que c’est inoubliable. »

Et d’aborder ensuite ses origines juives et russes dont Little Odessa s’inspire. « J’ai la crainte qu’on puisse oublier ses propres racines, que le fait d’être américain c’est oublier d’être russe ou juif. » Déjà, James Gray posait la quête de l’identité – notamment familiale – comme l’un des piliers ce qu’allait être son cinéma, de The Yards à The Lost City of Z, en passant par La Nuit nous appartient et Two Lovers.

Image : Copyright capture d’écran de la vidéo « James Gray dans  » Le Cercle de Minuit » – 1994 » de l’INA

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.