Entrer votre recherche

Affaire Adèle Haenel: Christophe Ruggia a été placé en garde à vue

Partager

Le réalisateur fait l’objet d’une plainte pour « agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité et harcèlement sexuel« .

Le réalisateur Christophe Ruggia, contre qui l’actrice Adèle Haenel a porté plainte fin novembre, vient d’être placé en garde à vue ce mardi 14 janvier. Une information de LCI et Mediapart confirmée par le parquet de Paris, dont les enquêteurs de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) ont assuré qu’une enquête préliminaire a été ouverte pour les chef d’accusation suivants: « agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité et harcèlement sexuel « . Dans l’enquête de Mediapart menée durant sept mois et étayée par une trentaine de témoignages, Adèle Haenel accuse Christophe Ruggia d' »attouchements » et de « harcèlement sexuel » alors qu’elle avait entre 12 à 15 ans, et lui entre 36 et 39 ans, décrivant une situation d’emprise et de pression permanente.

Adèle Haenel avait d’abord refusé de porter plainte, estimant que la justice française, qui « condamne si peu les agresseurs », ne serait pas en mesure de prendre en charge cette affaire. Elle a finalement changé d’avis : « Il est de sa responsabilité de justiciable comme de personnalité publique d’y prendre part, au regard de la gravité des faits qui sont énoncés et des conséquences pour chacun », avaient expliqué ses avocats à Médiapart pour justifier ce tournant dans l’affaire. Le témoignage poignant et inclusif de l’actrice avait non seulement réintroduit un débat sur les violences faites aux femmes dans l’espace public, mais avait aussi conduit la Société des Réalisateurs de Films à lancer une procédure de radiation contre Christophe Ruggia, que le cinéaste a co-présidé à plusieurs reprises entre 2006 et 2018.

En novembre, Christophe Ruggia a nié toute agression envers Adèle Haenel. Dans un droit de réponse à Mediapart, il avait dit avoir « commis l’erreur de jouer les pygmalions avec les malentendus et les entraves qu’une telle posture suscite« , ajoutant: « Je n’avais pas vu que mon adulation et les espoirs que je plaçais en elle avaient pu lui apparaître, compte tenu de son jeune âge, comme pénibles à certains moments. Si c’est le cas et si elle le peut, je lui demande de me pardonner« . D’après Le Parisien, son domicile serait actuellement en cours de perquisition.

Image: Capture d’écran Youtube


Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.