Entrer votre recherche

À voir : un extrait de « Leap of Faith », le documentaire qui explore la genèse de « L’Exorciste »

Partager

Dans ce film signé Alexandre O. Philippe et diffusé pour Halloween, William Friedkin livrera des secrets de tournage et des clés d’analyse de ce film d’horreur culte.

Pourquoi L’Exorciste mérite-t-il sa réputation d’oeuvre maudite? En 1973, lorsque William Friedkin réalise ce film d’horreur – juste après le succès de French Connection, pour lequel il remporte l’Oscar du meilleur réalisateur en 1972 -, il s’inspire de deux cas de possession démoniaque reconnus par l’Église catholique au XXe siècle (très rassurant pour commencer). Durant le tournage, neuf personnes ont perdu la vie au sein de l’équipe, dont Jack MacGowran, interprète de Burke Dennings. Sans compter les nombreux accidents (Ellen Burstyn, qui joue le rôle de Chris, la mère de Reagan, se blessa le dos à la suite d’une mauvaise chute lors de la scène de mutilation au crucifix), et les virulentes accusations d’incitation au fanatisme dont il fut l’objet à sa sortie.

—>>> À ÉCOUTER AUSSI : PODCAST : William Friedkin parle de son nouveau docu et de sa rencontre récente avec le mal

Derrière cette mythologie, L’Exorciste est surtout une réflexion sur la déchéance physique, la folie, la superstition et le remord, le désir d’expier ses fautes. Autant de thèmes existentiels noyés dans un parfait emballage de film horrifique, effets spéciaux outranciers (signés Marcel Vercoutere) et musique lancinante qui inspirera John Carpenter.

Pour percer le mystère de ce film qui rapporta 193 000 000 dollars aux Etats-Unis lors de sa sortie, Alexandre O. Philippe lui a consacré un documentaire intitulé Leap of Faith, qui nous plongera dans les profondeurs inex­plo­rées de la pensée de William Fried­kin, mais aus­si dans les coulisses de ce tour­nage. Face caméra, grâce à une interview inédite et à des commentaires audio accompagnés d’images d’archives, le réalisateur semble livrer un monologue passionnant, complètement mystique. Au détour de la première bande-annonce, on entend Friedkin expliquer qu’il a refusé d’avoir recours aux flash-backs pour plus de réalisme, évoquer les interprétations ambiguës de la fin de son film, qui selon lui évoque le thème du destin avec une grande contemporanéité.

Le film sera diffusé sur la chaîne Shudder le mois prochain, histoire de fêter Halloween comme il se doit.

—>>> À LIRE AUSSI : [ENTRETIEN] William Friedkin : « La brigade des stups nous surveillait »

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.