CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 2 min

« Suprêmes » : un biopic incandescent sur NTM

  • Damien Leblanc
  • 2021-07-12

Signé Audrey Estrougo et validé par le groupe, le biopic de NTM présenté hors compétition à Cannes mêle ascension musicale et crise sociale des années 1990. Et parvient surtout à sublimer deux acteurs en fusion.

Le cinéma français a déjà connu son lot de biopics musicaux (La Môme, Cloclo, Dalida) mais n’avait encore jamais abordé le rap hexagonal. C’est désormais chose faite avec ce film d’Audrey Estrougo qui retrace les jeunes années du groupe NTM de 1989, année de sa formation, à 1992. Plutôt que de décrire l’apogée médiatique du duo, l’ambition de Suprêmes consiste ainsi à dresser un récit des origines en dépeignant l’environnement social dans lequel est né le groupe.

La démarche débute avec des images d’archives montrant le président de la République François Mitterrand qui parle des lourdes difficultés rencontrées par la population vivant en banlieue. C’est donc en toute conscience des problématiques sociologiques de l’époque que le film raconte ensuite l’ascension du groupe issu de Seine-Saint-Denis, en privilégiant le point de vue de JoeyStarr (joué par l’incandescent Théo Christine), jeune homme oisif en conflit avec un père violent qui lui reproche de ne pas s’intégrer à la société.

LE NOUVEAU — Théo Christine, révélation de « Garçon chiffon »

Lire l'article

Une fusion artistique s’opère pourtant avec son acolyte Kool Shen (le magnétique Sandor Funtek) et le duo se voit aiguillé vers l’industrie du disque par de jeunes gens ambitieux issus des beaux quartiers parisiens (Félix Lefebvre, vu l’an dernier dans Eté 85, joue le manager aux dents longues Sébastien Farran). Derrière le charisme des acteurs, le film est très sage dans sa reconstitution historique et sa narration. Le scénario a effectivement été coécrit avec JoeyStarr et Kool Shen et ces airs de « biopic officiel » viennent parfois aplanir les dialogues.

Sandor Funtek, esprit guerrier

Lire l'article

Mais Audrey Estrougo réussit à illustrer combien le duo a progressivement accepté de se débarrasser de tout un entourage amical pour mieux gravir les échelons de la gloire. Afin de représenter plus puissamment les banlieues et de porter la voix d’une jeunesse révoltée, les deux stars de NTM ont dû faire cavaliers seuls vers la célébrité. Cette part de renoncement et de cynisme offre au film son cœur secret. Porté par l’exaltante musique du groupe, Suprêmes parvient alors à sa manière, sobre et appliquée, à restituer les blessures intimes qui se cachent souvent derrière les grandes aventures artistiques.

Suprêmes d'Audrey Estrougo, sortie le 24 novembre 2021

Image : Copyright Gianni Giardinelli / Sony Pictures Entertainment France

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur