CinémaPETIT ÉCRANCultureQUEER GAZEDIVINE GANGI.A. QUOI ?Le magazine
  • Queer Gaze
  • Article
  • 3 min

QUEER GUEST · Gena Marvin : « Les images de Leigh Bowery étaient pour moi un aperçu du futur. »

  • Timé Zoppé
  • 2024-01-26

On a demandé à des figures queer d’âges et d’horizons différents de nous parler des premières images, vues au cinéma ou à la télévision, qui ont fait battre leur petit cœur queer. Aujourd’hui, la démente performeuse russe Gena Marvin. Réfugiée à Paris depuis la guerre en Ukraine, l’intrépide vingtenaire est au cœur du documentaire Queendom d’Agniia Galdanova, projeté au Forum des Images ce dimanche dans le cadre du festival Un état du monde, en sa présence et celles de la réalisatrice et de l’immense documentariste Laura Poitras, qui les invite.

QUEER GUEST est une série d'articles issue de notre rubrique QUEER GAZE, le cinéma LGBTQ+ raconté par la journaliste Timé Zoppé.

« Leigh Bowery m’a énormément inspirée. Quand j’ai vu pour la première fois des images du travail de ce grand artiste et designer de mode [né en 1961 en Australie, il est devenu une figure de l’underground en fondant le mythique et éphémère club londonien Taboo en 1985 et a été « fashion influencer » avant l’heure, entre Londres et New-York, dans les années 1980/90, ndlr], ça a été un choc. C’est arrivé vers mes 15 ans, un âge où j’explorais différentes formes et expressions de mon identité.

Son influence sur moi a été phénoménale : il m’a amenée à comprendre comment l’art et la mode pouvaient s’articuler pour devenir des moyens d’expression de soi et d’exploration du caractère unique de l’identité. Comme j’ai grandi dans un endroit petit et isolé tout à l’Est de la Russie [à Magadan, une ville portuaire de l’Extrême-Orient, au-dessus du Japon, ndlr], les images de Bowery étaient pour moi un bol d’air frais, un aperçu du futur, une invitation à imaginer et à rêver.

Aujourd’hui, en Russie, l’accès aux images LGBTQ+ est restreint pour plein de raisons, en raison de lois et de facteurs socio-culturels. En ce moment, ces images sont illégales dans le pays. Même si vous portez un pin’s aux couleurs de l’arc-en-ciel, vous pouvez vous faire arrêter et jeter en prison. C’est une réalité vraiment terrifiante. »

: Projection de Queedom (2023),, documentaire inédit d’Agniia Galdanova, dimanche 28 janvier à 18h au Forum des Images, en présence de la réalisatrice, de Gena Marvin, protagoniste du film, d'Igor Myakotin, producteur, et de Laura Poitras. Séance suivie d’un débat.

Photo (c) Galdanova Film Productions

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur