CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Où est Anne Frank ! » : l'humanisme en héritage

  • Damien Leblanc
  • 2021-12-06

Avec ce vibrant film d’animation, Ari Folman redonne vie au « Journal d’Anne Frank » en dépeignant l’héritage humaniste que l’adolescente, morte dans un camp de concentration, a laissé dans l’Europe contemporaine.

Il y a plus de soixante-quinze ans, entre 1942 et 1944, Anne Frank et sa famille se sont cachées à Amsterdam dans l’espoir d’échapper aux nazis. Depuis cet appartement secret, l’adolescente a tenu un célèbre journal adressé à son amie imaginaire, Kitty. C’est cette dernière qui prend vie, de nos jours, dans le film d’animation d’Ari Folman, pour partir à la recherche d’Anne au cœur de la capitale néerlandaise. En compagnie de son ami Peter, qui aide des réfugiés clandestins, Kitty va découvrir que la jeune fille juive est morte dans le camp de Bergen-Belsen quelques mois après son arrestation…

Afin d’explorer l’ampleur du souvenir laissé par Anne Frank dans l’Europe contemporaine, le réalisateur de Valse avec Bachir (2008) invente une narration foisonnante qui croise des flash-back montrant la vie d’Anne dans les années 1940, des séquences situées dans l’Amsterdam actuel, mais aussi des images allégoriques évoquant les enfers de la mythologie grecque et rappelant l’horreur des camps d’extermination de la Shoah. En faisant de Kitty – qui prend les traits d’une jeune fille à l’éclatante chevelure rousse – l’héroïne moderne du film, Où est Anne Frank ! place l’idée de transmission au centre de son dispositif.

Ari Folman : « On ne fait pas assez confiance aux enfants sur leur perception des choses »

Lire l'entretien

D’abord habillée avec des vêtements du passé qui soulignent le choc entre les époques, Kitty arborera peu à peu un look contemporain et s’engagera dans des problématiques actuelles. Quand elle rencontre de jeunes réfugiés fuyant des zones de guerre, Kitty s’appuie ainsi sur le souvenir d’Anne Frank pour passer à l’action et devenir leur porte-parole. Plutôt que de dresser un parallèle historique, Ari Folman affirme avec conviction que le soutien aux victimes de conflits doit rester permanent. Manière, pour le cinéaste, d’affronter la violence et la tragédie avec les armes de l’imagination et du conte.

Où est Anne Frank ! d’Ari Folman, Le Pacte (1 h 39), sortie le 8 décembre

3Q À ARI FOLMAN

Comment avez-vous pensé l’animation pour ce film ?

J’étais obsédé par l’idée d’utiliser le stop motion, je trouve cet artisanat incroyable. Je voulais aussi inverser la représentation habituelle du passé et du présent. Souvent, les souvenirs sont illustrés dans les tons sépia ou en noir et blanc, et le présent est représenté avec des couleurs vives. J’ai fait le contraire : le présent est assez déprimant, on montre un Amsterdam monochrome en hiver, tandis que le passé, qui émane de l’imagination, est plein de couleurs.

Quelle était la limite pour montrer l’horreur de la Shoah ?

Le plus grand défi concernait la scène représentant les enfers, celle où l’on voit le plus les nazis. La partie du Journal sur la façon dont Anne imagine ce qu’ils font n’a pas été représentée dans les adaptations du livre jusqu’ici. J’ai eu l’idée de faire un parallèle entre la mythologie grecque, qui me passionne, et les méthodes d’exécution des nazis. Les échos entre les deux m’ont semblé vertigineux, et ça m’a permis de raconter ce passage de manière très colorée.

« Au crépuscule » : le visage de la guerre

Lire la critique

Karen O, la chanteuse des Yeah Yeah Yeahs, compose en grande partie la B.O.

Je l’adore. Je suivais son groupe au début des années 2000. Ensuite, Karen O a fait la B.O. de Max et les Maximonstres, et je suis littéralement tombé amoureux de cette B.O. Je l’écoutais à chaque voyage en avion. J’attendais le bon projet pour collaborer avec Karen. C’est un génie, notamment sur le plan émotionnel : elle est capable de vous toucher en plein cœur avec seulement deux notes de chant.

Image © Purple Whale Films

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur