CinémaPETIT ÉCRANCultureQUEER GAZEDIVINE GANGI.A. QUOI ?Le magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

À voir sur mk2 Curiosity : « Sunday » de Jonathan Nossiter, le cinéma indépendant américain à son meilleur

  • Hugues Porquier
  • 2024-01-25

Découvrez gratuitement pendant 7 jours cette pépite méconnue du cinéma indépendant américain, quadruplement primée aux festivals de Deauville et Sundance, et partie intégrante de la sélection Un certain regard du Festival de Cannes 1997. Un regard d’une grande tendresse sur des laissés-pour-compte qui survivent tant bien que mal dans des quartiers délaissés par le gouvernement.

Dans Sunday (1996), tout part d'un quiproquo où Oliver, résident d’un foyer pour sans-abri à New York, est confondu avec un réalisateur par Madeleine, une actrice vieillissante et désespérée. Ce dernier se retrouve alors contraint de pitcher un soi-disant film qui s’avère en réalité être son histoire personnelle.

À partir de cette mise en abyme, la narration se fragmente, la temporalité se distord. On est comme plongé dans un dimanche qui recommence sans cesse. Un temps dans la psyché d’Oliver, au contact direct des tourments de son quotidien au foyer. Puis au cœur de sa relation naissante avec Madeleine, tragiquement fondée sur le mensonge.

Une liaison entre deux êtres abîmés par les échecs, aux corps et aux visages usés par la vie, filmée par Jonathan Nossiter en plans serrés avec une grande tendresse. Comme Oliver et Madeleine, on se surprend alors à espérer que cette journée si particulière - sorte de bulle temporelle où l’envie de refaire surface renaît petit à petit - ne finisse jamais.

La narration est également entrecoupée par les déambulations des autres pensionnaires du foyer dans les rues enneigées du Queens. L’un chante dans le métro pour quelques pièces, l’autre fouille une déchetterie tandis qu’un troisième végète sur le banc d’une gare. Des bâtiments grisâtres aux maisons résidentielles abandonnées, en passant par les fast-foods aux murs gras, ces tribulations permettent au cinéaste de filmer la ville avec une approche didactique, voire documentaire, et d’exposer les conditions de vie de ces quartiers sacrifiés.

Au programme également : Pour la ressortie en salles d'Underground, Palme d’Or 1995, on vous offre Chat noir, chat blanc (1998), l’autre chef-d’œuvre virevoltant du maître francoserbe Emir Kusturica, comédie culte et déjantée sur un mariage arrangé au sein de la communauté gitane.

Savourez aussi gratuitement Je ne voudrais pas être un homme (1918) du génie allemand Ernst Lubitsch, une pépite subversive et féministe bien en avance sur son temps où l’héroïne décide de se déguiser en homme.

« Je ne voudrais pas être un homme » d’Ernst Lubitsch, sur mk2 Curiosity

Lire l'article

Et à l’occasion de l’exposition de la Cinémathèque française consacrée jusqu’à fin janvier à la cinéaste, retrouvez la collection Agnès Varda en Californie, qui regroupe tous les films de sa période américaine.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur