Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • Critique
  • Article
  • 3 min

Vu à Venise 2022 : « Love Life » de Kōji Fukada

  • Corentin Lê
  • 2022-09-05

Peinture délicate d’une famille sans repères à la suite de la disparition d’un enfant, « Love Life » de Kōji Fukada délivre, dans les plis d’un imposant film de deuil parental, quelques éclats qui touchent sans bruit ni fracas, à la faveur d’un geste ou d’un simple rayon de lumière.

La joie qui entoure le couple que forment Jirō et Taeko au début de Love Life n’est, on s’en doute, qu’un trompe-l'œil : dans le nouveau film Kōji Fukada (Au revoir l’été, L’Infirmière), présenté en compétition, l’allégresse est de courte durée. En pleine fête d'anniversaire, les parents de Jirō reprochent à Taeko de ne pas leur avoir donné leur propre petit-enfant, elle qui a déjà la garde de Keita, son fils issu d’un précédent mariage. Mais lorsque l’enfant disparaît brutalement à la suite d’un accident domestique, les liens qui unissaient cette petite famille recomposée se rompent définitivement…

Mostra 2022 : Noah Baumbach, Alice Diop, Kôji Fukada... La liste des films en compétition

Lire l'article

Un film de deuil remonte alors à la surface d’un récit qui avançait jusqu’à présent masqué. Un voile semble même recouvrir, de temps à autre, les sentiments douloureux que les personnages s’attachent à garder enfouis quand ils le peuvent, comme dans cette scène charnière où l’ex-mari de Taeko se cache sous un drap blanc, mimant l’avancée d’un fantôme tout en faisant tourner un disque sur lequel se reflètent les rayons du soleil.

Vu à Venise 2022 : “All the beauty and the Bloodshed” de Laura Poitras

Lire la critique

Love Life est à l’image de cette séquence : un film où se cacher – et taire ses sentiments – revient paradoxalement à se mettre en lumière. Difficile de ne pas songer à Drive my Car (2021) lorsque Fukada, comme Hamaguchi, fait par exemple de la langue des signes le centre de gravité de plusieurs séquences importantes : des retrouvailles silencieuses et sous tension qui sont ponctuées, sur la bande-son, par les va-et-vient du métro à l’arrière-plan ; un mari déçu qui exprime ses ressentiments dans le hors-champ, sans que son interlocuteur ne puisse l’entendre ou lire sur ses lèvres, etc.

Le silence induit par le mutisme de l’un des personnages principaux – l’ex-mari de Taeko, un vagabond qui, dès son apparition, dynamite le film de l’intérieur – implique en effet d’exprimer les choses autrement, en sublimant par quelques trouvailles de mise en scène (jeux d’ombres et autres reflets) le genre très balisé du drama japonais. Une habitude chez Fukada, qui s’occupe depuis maintenant plus de dix ans à brouiller les lignes dans des films à la beauté sûre et discrète.

Vu à Venise 2022 : « Casa Susanna » de Sébastien Lifshitz

Lire la critique

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur