CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Les Amants sacrifiés » : le tournant politique de Kiyoshi Kurosawa

  • Éléonore Houée
  • 2021-12-06

Le maître du thriller horrifique Kiyoshi Kurosawa surprend et fait mouche avec ce mélodrame historique, dans lequel un couple japonais défie les autorités après un mystérieux voyage en Mandchourie en 1941. Un tournant politique plus que réussi.

En 1941, un citoyen japonais se rend en Mandchourie – que les autorités nippones occupent depuis 1931 – pour des affaires commerciales. Lorsqu’il revient, sa femme se désespère de le trouver si secret, alors qu’elle-même s’est rapprochée de son ami d’enfance, aujourd’hui à la tête de la police locale…

Sur un script de Ryūsuke Hamaguchi (réalisateur du remarqué Drive My Car), Kiyoshi Kurosawa sort (enfin ?) de sa zone de confort en délaissant son genre de prédilection, le thriller à tendance horrifique (Cure, Shokusai). Maniant toujours aussi efficacement les lois du suspense (les raisons de la transformation de cet homme nous sont longtemps inconnues), le réalisateur trouve une fibre romanesque inédite dans sa filmographie.

Trois questions à Kiyoshi Kurosawa, réalisateur de "Au bout du monde"

Lire l'entretien

La filiation avec le chef-d’œuvre de Mizoguchi Les Amants crucifiés (1957) est fièrement revendiquée : comme dans ce dernier, un dilemme cornélien pousse une femme amoureuse à défier sa patrie, ici pour alerter sur des crimes atroces. Dans ce grand film d’espionnage à l’image léchée, l’inquiétude de l’épouse se dissipe peu à peu, et la duperie orchestrée par le cinéaste s’évapore dans un récit dense sur le sacrifice amoureux.

Les Amants sacrifiés de Kiyoshi Kurosawa, Art House (1 h 55), sortie le 8 décembre

Image (c) Art House

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur