Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

L’acteur Jean-Pierre Bacri est décédé

  • Léa André-Sarreau
  • 2021-01-18

Le comédien et scénariste est décédé à l’âge de 69 ans d’un cancer, a annoncé ce lundi son agente à l’AFP. Naviguant entre comédies populaires et drames plus pointus, l’acteur a toujours habilement joué de son image de râleur désabusé, tout en dissimulant une grande tendresse.

Didier (première comédie d’Alain Chabat dans lequel il interprète un agent de joueurs du PSG), Les meilleurs copains, La cité de la peur : c’est d’abord en tant qu’acteur dans des comédies cultes grand public que Jean-Pierre Bacri s’est fait connaître, cultivant avec auto-dérision son image nonchalante, son personnage de râleur magnifique au fil des années. Mari bougon, anticonformiste refusant les normes de la société, Jean-Pierre Bacri a souvent incarné des personnages d’anti-héros à la peau dure dissimulant une sensibilité touchante et révélé un jeu tout en retenue et en pudeur, comme dans Les Sentiments de Noémie Lvovsky ou encore Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer. Avant de se tourner, un peu plus tard, vers des drames plus confidentiels : Adieu Gary de Nassim Amaouche ou encore Photo de famille de Cécilia Rouaud, avec Vanessa Paradis, Camille Cottin et Pierre Deladonchamps. « Je n’ai jamais aimé jouer les héros. Les gars très sympathiques et merveilleux à qui le monde fait des misères, je trouve ça abject. Ça n’existe pas. Pour moi, l’être humain est hyper faillible et vulnérable« , nous confiait-il en 2017, lors d’un entretien pour la sortie du Sens de la fête du duo Toledano-Nakache.

À LIRE AUSSI : Notre interview de Jean-Pierre Bacri pour la sortie du Sens de la fête 

Avec Agnès Jaoui, son éternelle complice à l’écran et derrière la caméra (ils ont été en couple de 1987 à 2012), il écrit de nombreux films restés dans les mémoires pour leurs dialogues mordants et irrévérencieux, notamment Cuisine et dépendances en 1992, ou encore Un air de famille en 1996, deux huis clos qui traitaient subtilement des rapports de force au sein du couple, des hiérarchies sociales qui gangrènent les amitiés.

Une carrière de scénariste qui n’a fait que s’enrichir, puisque Jean-Pierre Bacri a souvent collaboré avec d’autres grands cinéastes tels qu’Alain Resnais pour Smoking/ No Smoking et On connaît la chanson, pour lequel il décroche le César du meilleur scénario original et celui de meilleur acteur dans un second rôle. Pour lui rendre hommage, on se rappellera de cette parole qui retranscrit son ironie joueuse, son attitude à la fois tendre et contestataire, au moment de recevoir avec Agnès Jaoui et Cédric Klapisch le César du meilleur scénario en 1997 pour Un air de famille: « Moi, cette année, je n’ai pas revendication. Je suis content de tout. J’aime la société dans laquelle je vis ». 

Jean-Pierre Bacri, Agnès Jaoui & Cédric Klapisch, César 1997 du Meilleur Scénario Original et ou Adaptation from Académie des César on Vimeo.

Parallèlement à cette carrière au cinéma, l’acteur n’a jamais abandonné sa première passion, le théâtre (qu’il a étudié au Cours Simon en arrivant à Paris), en jouant dans de grands classiques : L’Anniversaire de Harold Pinter, Les Femmes savantes de Molière, pour lequel il reçut le Molière du meilleur comédien en 2017.

Tags Assocíes

  • Jean-Pierre Bacri

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur