Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 5 min

Ji-Min Park, envoutante révélation de « Retour à Séoul » 

  • Juliette Reitzer
  • 2022-05-22

GEn.A : c’est la génération engagée qui invente le monde d’après. Régulièrement, Trois Couleurs part à sa rencontre pour tirer le portrait de jeunes artistes résistant.e.s, passionnant.e.s, exalté.e.s. Aujourd'hui, rencontre avec la plasticienne et actrice Ji-Min Park, à Cannes pour le film « Retour à Séoul » de Davy Chou (Un certain regard). 

Elle arrive toute de noir vêtue, sauf la casquette, blanche. Elle est un peu en retard, elle s’excuse en souriant : elle a croisé les contrôleurs dans le métro, elle n’avait pas de ticket. Je lui suggère de faire payer l’amende par le distributeur du film (on fait les blagues qu’on peut). Nouveau sourire : pas la peine, elle a donné un faux nom et une fausse adresse. Mais qui est cette fille qui m’a littéralement subjuguée dans le film de Davy Chou, Retour à Seoul ? Elle magnétise chaque plan, avec sa colère, sa grâce, sa tristesse. Son personnage déboule à Séoul et entame des démarches pour retrouver ses parents biologiques. C’est une héroïne intense, iconique, désarmante dans sa manière de toujours agir avant de réfléchir, comme à son corps défendant, ce qui lui donne à la fois une force dingue et une fragilité enfantine. « Je ne l’ai pas vraiment joué parce que je suis comme ça. Je fonctionne à l’instinct. Je pense vraiment que c’est de l’instinct de survie, de ne pas intellectualiser tout.»  

Davy Chou, les beaux rêves

Lire l'interview

Tandis que, tranquillement, le sort opère aussi en vrai, j’en apprends un peu plus sur elle : Ji-Min Park est née en Corée du Sud, est arrivée à Paris à 8 ans avec ses parents artistes (un père écrivain, très cinéphile, une mère plasticienne). Elle-même a étudié aux Arts Déco et développé une pratique de plasticienne (j’ai envie d’ajouter « magicienne »). Elle crée de grandes œuvres charnelles et colorées où se mélangent peinture sur latex, tissus, perles, paillettes, photographies anciennes qu’elle collectionne… Une de ses expos, à la Villette, s’appelait W.it.c.h. « Tout mon travail est dans la fluidité et la navigation entre deux mondes. C’est ce qui me représente aussi. Je suis Coréenne, je suis née là-bas et en même temps je suis Française. L’existence d’un bi-monde, d’une bi-culture, c’est vraiment l’essence de mon travail. »  

CANNES 2022 · « Un beau matin » de Mia Hansen-Løve : l’heure de l’inventaire

Lire l'article

Ji-Min n’a jamais eu l’intention d’être actrice. Elle a rencontré Davy Chou par un ami commun : « Cet ami a été adopté en Corée, son histoire me touche beaucoup car c’est un ami proche. Je savais que Davy allait tourner en Corée, donc je me suis dit que ça pouvait être intéressant d’échanger avec lui. » Elle s’est finalement retrouvée actrice principale du projet, dont elle s’est emparée à bras-le-corps. « J’ai dit à Davy : « Tu fais un film sur une femme et tu es un homme, ça fausse la donnée : tu ne pourras jamais comprendre et ressentir ce que c’est d’être dans le corps d’une femme, ce qu’une femme vit dans ce monde, dans cette société. » » Ensemble, il a donc fallu déconstruire, et reconstruire. « Ça a été assez violent, assez douloureux. Mais s’il n’y avait pas eu ce travail main dans la main, et cette confiance, je pense que je n’aurais pas fait le film. »   

CANNES 2022 · « Les Huit Montagnes » de Charlotte Vandermeersch et Felix Van Groeningen : vertiges de la mélancolie amicale

Lire l'article

Le tournage lui a permis de retourner en Corée, elle n’y avait pas mis les pieds depuis le Covid. Du pays où elle passé sa petite enfance, elle garde la nostalgie de la neige en hiver dont elle faisait des bonshommes flippants. Et puis des chamanes. « On les appelle les mudangs. Le chamanisme en Corée se transmet de femme en femme uniquement, c’est quelque chose de très ancré dans le quotidien, tu vas voir une chamane parce que ton fils passe le bac, parce qu’un proche est malade, ou pour chasser les mauvais esprits avant d’acheter une maison. Les rituels sont hyper forts visuellement : elles rentrent en transe, elles ont des habits ultra colorés. C’est le pouvoir qui est donné aux femmes et c’est aussi pour ça que ça m’intéresse : même si je ne le revendique pas frontalement dans mon travail, je suis féministe. » On l’aura compris, je l’ai quittée sous le charme. 

Cannes 2022 · « L’Envol » de Pietro Marcello : un conte musical hypnotique

Lire la critique
Trois questions à Ji-min park

Comment s’est construit ton féminisme ?  

J’ai énormément évolué dans des milieux queers depuis très jeune. Un peu comme pour l’art, je me suis retrouvée dedans de manière très instinctive. Je suis fluide, j’ai des relations avec des hommes et des femmes. C’est en fréquentant, dans mon quotidien, des personnes de ces milieux-là que j’ai compris. C’est passé aussi par la violence que je percevais quand je sortais de ce milieu et que je me confrontais à notre réalité, je me disais : « Waow, je vis dans une bulle ultra bienveillante ». Quand tu sors de ça, tu ressens une violence quotidienne. En plus de ça je suis une femme racisée et le racisme ordinaire, je le perçois tous les jours. Avec mes potes, on s’est demandé s’il y avait des actrices d’origine asiatique dans le cinéma français. Y’a personne. On n’est même pas sous-représentés, juste, on n’existe pas. C’est catastrophique. C’est pour ça que j’ai voulu participer à ce film. Je ne dis pas que le film va changer le monde, mais on peut ajouter une petite pierre à l’édifice.  

Un film qui t’inspire ?  

Crash de David Cronenberg, pour moi c’est un truc complétement hybride entre ce qui est humain et des choses complétement autres. Crash, ce n’est pas surnaturel mais ce n’est pas naturel non plus. C’est un truc qui me fascine énormément : cette complexité qui est toujours présente dans l’humanité. La bestialité aussi, ça me fascine. Je suis fan de Cronenberg. 

Un film qui représente bien la jeunesse ?  

C’est bizarre parce que ce n’est pas un film récent, mais il y a Mysterious Skin de Gregg Araki. Ce truc entre l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte, et le côté weirdo. Ça montre bien la violence que tu ressens quand tu es pré-adulte. 

Le Festival de Cannes se tiendra cette année du 17 au 28 mai 2022. Tous nos articles sur l’événement sont à suivre ici.

Images (c) Les Films du Losange

Photo de couverture : Julien Lienard pour TROISCOULEURS

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur