CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

Le guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Trois Couleurs
  • 2021-10-04

En salles dès le 6 octobre : les adieux de James Bond, une comédie déjantée des frères Larrieu, et une incontournable rétro Krzysztof Kieślowski.

LES COUPS DE COEUR DE LA REDAC'

TRALALA d’Arnaud Larrieu et Jean-Marie Larrieu

Friands de fantaisies filmées, les frères Larrieu signent leur première véritable comédie musicale, dans laquelle Tralala (Amalric), chanteur errant dans les rues de Paris, entreprend un pèlerinage à Lourdes pour retrouver une jeune femme (Galatéa Bellugi) qui lui a glissé une formule mystérieuse : « Surtout ne soyez pas vous-même. »

Avec la complicité de Philippe Katerine, qui a composé plusieurs chansons, les cinéastes font de leur ville natale de Lourdes un terrain de jeu où peuvent advenir apparitions, résurrections et autres rédemptions. Un récit habité par des figures locales hautes en couleur (Josiane Balasko, Bertrand Belin, Mélanie Thierry ou Maïwenn).

« Tralala » : que la fête commence

Lire la critique

MOURIR PEUT ATTENDRE de Cary Joji Fukunaga

Pour ce dernier volet de la saga avec Daniel Craig, on retrouve James Bond désormais retiré des services secrets, coulant des jours heureux en Jamaïque avec Madeleine Swann (Léa Seydoux), jusqu'à ce que le kidnapping d’un scientifique révèle que de redoutables armes technologiques circulent entre de mauvaises mains...

Développant comme dans Casino Royale le thème de la vulnérabilité sentimentale de James Bond, Mourir peut attendre navigue entre une forme de décontraction et une gravité digne d’une tragédie antique où de lourds traumatismes d’enfance cohabitent avec des blessures intimes dévastatrices.

« Mourir peut attendre » : les adieux tourmentés de Daniel Craig à James Bond

Lire la critique

GAZA MON AMOUR d’Arab et Tarzan Nasser

Avec ce deuxième long métrage poétique, les Palestiniens Arab et Tarzan Nasser transfigurent Gaza, leur cité de naissance, en théâtre d'un récit drôle, romantique et politique. Soit l'histoire d'un pêcheur têtu (sorte de Jean-Pierre Bacri gazaoui) secrètement amoureux de Siham, une discrète et modeste couturière. Un film qui nous rappelle que, si elle évoque tout de suite une zone de guerre, Gaza peut aussi inspirer de grands et beaux rêves.

« Gaza mon amour » : l'attrape-rêves

Lire l'article

LE KIOSQUE d’Alexandra Pianelli

Pendant six ans, Alexandra Pianelli a filmé la vie puis la fermeture définitive du kiosque à journaux tenu par sa famille à Paris depuis quatre générations. Elle en a tiré ce premier long – un docu ludique, tendre et sans fioriture qui en dit beaucoup sur notre époque. Lieu qui rend possible un brassage social trop rare, ce kiosque est aussi l'occasion de radiographier toute la solitude des personnages citadins, et de rendre au cinéma direct toute sa puissance.

« Le Kiosque » : journal d'une disparition

Lire la critique

MON LÉGIONNAIRE de Rachel Lang

Articulées autour d’une base militaire en Corse, les vies de deux couples formés d’un côté par l’officier Maxime (Louis Garrel) et son épouse, Céline (Camille Cottin), de l’autre par le légionnaire Vlad (Alexander Kuznetsov) et sa compagne, Nika (Ina Marija Bartaité), souffrent de maux différents mais persistants où se mêlent l’attente, le déracinement et la pression sexiste…

Après un premier long sur une jeune femme en quête d’elle-même, Rachel Lang filme avec une approche semi-documentaire les conditions de vie des femmes de militaires, entravées dans leur épanouissement familial et amoureux.

« Mon Légionnaire » : chronique d'un déracinement

Lire l'article

RÉTROSPECTIVE KRZYSZTOF KIESLOWSKI

Cinéaste majeur du XXe siècle, immense autant pour son humanité que pour son mystère, le Polonais Krzysztof Kieślowski (1941-1996) est à l’honneur cet automne avec des ressorties de ses films en salles et DVD par mk2 et Potemkine Films, et une rétrospective à la Cinémathèque.

L’occasion de redécouvrir ses œuvres emblématiques comme Le Décalogue, La Double Vie de Véronique ou sa trilogie Trois couleurs (Bleu, Blanc, et Rouge), et d'interroger ses proches collaborateurs (Irène Jacob, Julie Delpy, Marin Karmitz) dans une série d'entretiens.

Krzysztof Kieślowski vu par Irène Jacob

Lire l'article

Krzysztof Kieślowski vu par Julie Delpy

Lire l'article

EN SALLES ÉGALEMENT

Cigare au miel de Kamir Aïnouz

Alors que Selma, 17 ans, rencontre Julien, ses désirs naissants sont réprimés par le contrôle patriarcal de sa famille. Le combat de l’adolescente pour son émancipation aboutit à l’effondrement du socle parental.

Hôtel Transylvanie. Changements monstres de Derek Drymon et Jennifer Kluska

Dans les régions boisées de la Roumanie, le comte Dracula et les autres résidents de l’hôtel Transylvanie redeviennent humains lorsque Johnny, le gendre du célèbre vampire, pactise avec le chasseur de monstres Van Helsing… Ce quatrième opus, au discours optimiste sur l’acceptation de soi, enchante par le ton loufoque des dialogues et la palette colorée de l’animation. 

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur