Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • Critique
  • Article
  • 3 min

Notre guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Trois Couleurs
  • 2022-08-24

En salles dès le 31 août : un beau drame sur la triangulation du désir, un conte sensoriel, un blockbuster détonnant, un film d'animation fulgurant sur un réfugié afghan, et d'autres surprises.

AVEC AMOUR ET ACHARNEMENT de Claire Denis

Sara (Juliette Binoche) et Jean (Vincent Lindon) vivent ensemble depuis 10 ans quand François (Grégoire Colin) qui fut jadis en couple avec la première et ami avec le second, réapparait dans leur vie. S'installe un trio amoureux que Claire Denis (aidée de Christine Angot à l'écriture du scénario) filme comme un sortilège, un processus d'emprise fascinant.

Claire Denis : « Les femmes vont en chier, là, c’est sûr »

Lire notre entretien

« Avec amour et acharnement » de Claire Denis

Lire la critique

EVERYTHING EVERYWHERE ALL AT ONCE de Daniel Kwan et Daniel Scheinert

Le blockbuster est-il encore capable de transgression et de panache ? En découvrant Everything Everywhere All at Once, film d’action impertinent et méta sur une propriétaire de laverie qui se métamorphose en super-héroïne, on se dit que oui. Derrière la caméra, Daniel Scheinert et Daniel Kwan, jeune duo malin qui tente de reprendre le flambeau des sœurs Wachowski pour hacker Hollywood. Portrait croisé.

Portrait : les Daniels, le duo qui vient hacker Hollywood

Lire l'article

LES CINQ DIABLES de Léa Mysius

Vicky, une petite fille solitaire (Sally Dramé), est ultrasensible aux odeurs, dont certaines la plongent dans des flash-back de la jeunesse de ses parents (Adèle Exarchopoulos et Moustapha Mbengue). Ce don prend d’étranges tournures le jour où sa tante refait surface, plongeant la fillette dans les secrets de sa famille… Après Ava, Léa Mysius signe un conte fantastique captivant, qui détonne dans le paysage français.  

Léa Mysius décrypte les références de son conte « Les Cinq Diables »

Lire l'article

FLEE de Jonas Poher Rasmussen

Le long métrage du Danois Jonas Poher Rasmussen donne la parole à un des amis du cinéaste, Amin (dont le prénom a été changé), 36 ans, universitaire au Danemark, en passe de se marier avec Kasper, un réfugié afghan ayant fui la prise de pouvoir des talibans au début des années 1990. Grâce à une superbe 2D réaliste, Flee est le témoignage d’un homme parmi la multitude des candidats à l’exil.

« Flee » de Jonas Poher Rasmussen

Lire la critique

REBEL d’Adil El Arbi et Bilall Fallah

Kamal (Aboubakr Bensaihi), jeune Belge parti en Syrie au début de la guerre en croyant pouvoir y intervenir comme humanitaire, se retrouve enrôlé au sein du groupe État islamique dont il filme les atroces exactions... Le duo Adil El Arbi et Bilall Fallah revient au cinéma européen entre deux films hollywoodiens et signe une tragédie familiale à la brutalité pétrifiante.

« Rebel » d’Adil El Arbi et Bilall Fallah

Lire la critique

RESSORTIES

Cette année marque le centenaire de la naissance du cinéaste italien (1922-1975), dont l’œuvre mystique et provocante a attisé toutes les passions. Alors que ressortent cet été certains de ses plus grands films (L’Évangile selon saint MatthieuThéorème) et que se multiplient les parutions et événements, on a voulu s’arrêter un instant sur la face nomade de ce libre penseur.

Pasolini, les cent ans

Lire l'article

EN SALLES ÉGALEMENT

My Name Is Gulpilil de Molly Reynolds

David Gulpilil, première star aborigène du cinéma mondial (La Randonnée, Charlie’s Country), fait un récit nuancé de son aventure hollywoodienne dans ce docu nostalgique.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur