Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

On y était : "2001, l'Odyssée de l'espace" à Cinéma Paradiso Louvre

  • Trois Couleurs
  • 2021-07-02

Jusqu'au 4 juillet, le temps d’une parenthèse à l’air libre, le Louvre et mk2 proposent plusieurs projections de films cultes et avant-premières, précédées de DJ sets d'artistes prestigieux. Un événement convivial et exigeant, où se côtoient aussi bien Stanley Kubrick qu'un film de super-héros français.

Quel lien entre une symphonie de Richard Strauss et les beats électro-disco du groupe Bon Entendeur ? Hier soir, ces deux univers musicaux résonnaient à l'unisson dans la Cour carrée du Louvre.

Transformé pendant quatre jours en cinéma à ciel ouvert, pour l'ouverture du Festival Cinéma Paradiso, ce lieu grandiose accueillait pour sa première soirée un DJ set du collectif français (composé de Nicolas Boisseleau, Arnaud Bonet et Pierre Della Monica), suivi d'une projection de 2001, l'Odyssée de l'espace, fresque spectaculaire de Stanley Kubrick, bercée par le poème symphonique de Richard Strauss, Ainsi parlait Zarathoustra.

Pour l'occasion, la Cour carrée a été parsemée de clins d'œil à Cinema Paradiso, film italien de de Giuseppe Tornatore qui a donné son nom à l'événement développé par mk2 (société éditrice de TROISCOULEURS) - on y croise une Fiat 500 des années 1950, des façades de maisons pittoresques colorées, et une photo d’Alfredo et Totò, personnages complices de ce long-métrage qui est aussi une déclaration d'amour au cinéma.

Le grand écart entre l'esprit décomplexé de Bon Entendeur, ses beats rafraîchissants, et le 2001 intimidant de Stanley Kubrick aurait pu dérouter les spectateurs - ils sont pourtant au rendez-vous, et saluent l'éclectisme cette programmation osée, à la fois exigeante et rassembleuse. "Je reconnais que je suis plus venu pour Bon Entendeur... Après un an sans concert, ça fait plaisir de retrouver des sons live, surtout dans un cadre aussi privilégié" explique Thomas, 27 ans.

"Mais ça ne m'empêchera pas de rester pour le film. Je n'ai jamais eu le courage de le regarder seul sur petit écran, c'est l'occasion de le découvrir dans des conditions optimales."

"Très content d'avoir pu voir le fameux raccord visuel entre l'os et le satellite sur un écran comme ça, j'attendais cette image iconique !"

Et il faut reconnaître qu'après avoir voyagé avec les mixtapes de Bon Entendeur - on ne se lasse pas de redécouvrir leurs arrangements, collages de voix francophones des années 1970 et de basses synthétiques -, voir défiler juste en dessous des statues du Louvre les images de l'aube de l'humanité telle que l'avait pensée Kubrick a quelque chose de saisissant.

Dès les premières secondes, un silence religieux tombe dans le public d'humeur jusqu'ici festive. Le premier acte quasi mutique de cette odyssée expérimentale et métaphysique, dans lequel des australopithèques découvrent l'usage de l'outil, prend une dimension monumentale sur grand écran.

La toile de 24 mètres de haut, dressée sous le pavillon de l’Horloge, est le support idéal pour percevoir les infimes détails de ce film-trip, qui débute par les paysages désertiques de la préhistoire pour nous conduire vers l'ère de l'exploration spatiale et ses ballets de vaisseaux.

"Très content d'avoir pu voir le fameux raccord visuel entre l'os et le satellite sur un écran comme ça, j'attendais cette image iconique !" explique David, étudiant en cinéma qui venait là pour savourer ce qu'il considère comme un grand film philosophique.

Il est un peu plus de minuit lorsque la séance se termine. Le rendez-vous nocturne et cinéphile se prolongera encore trois jours, avec cette même idée conductrice : mêler films d'auteurs et grand spectacle. On pourra ainsi découvrir The Tomorow War de Chris McCay ou Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal en avant-première, vendredi et samedi soir.

Les férus de drames historiques et de Philippe Noiret se rueront sur Que la fête commence de Bertrand Tavernier, projeté dimanche soir.

Sans oublier les concerts de Myd, compositeur de house solaire, tête d’affiche de la french touch à l’international, de l’excentrique Bonnie Banane, et du pianiste Sofiane Pamart, histoire de profiter des food trucks en musique.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur