Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

Notre guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Cannelle Anglade
  • 2022-03-29

En salles dès le 30 mars : un conte champêtre menée par une vache, un documentaire bolivien électrisant, le portrait d’une danseuse filmée au plus près par Cédric Klapisch, et bien d'autres surprises.

LES COUPS DE CŒUR DE LA RÉDAC’
Pour ne pas oublier le passé de la lutte ouvrière → Retour à Reims (Fragments) de Jean-Gabriel Périot

En adaptant l’essai autobiographique de Didier Eribon (publié en 2009) au fil d’un montage d’archives savamment orchestré et conté en voix-off par Adèle Haenel, Jean-Gabriel Périot revient sur plusieurs décennies d’impasse pour la condition ouvrière, du temps des renoncements à celui d’une fracture politique avec la gauche historique.

« Retour à Reims (Fragments) » de Jean-Gabriel Périot : l'archive pour mémoire

Lire la critique
Pour saisir les affres psychologiques de l’exil → Que m’est-il permis d’espérer de Raphaël Girardot et Vincent Gaullier

En s’immergeant pendant un an et demi dans le centre de premier accueil de porte de la Chapelle, géré par l’association Emmaüs et fermé en 2018, les documentaristes Raphaël Girardot et Vincent Gaullier (Avec le sang des hommes) éclairent l’attente kafkaïenne vécue par les migrants lorsqu’ils arrivent en France.

« Que m’est-il permis d’espérer » de Raphaël Girardot et Vincent Gaullier : éternel exil

Lire la critique
Pour s’amouracher d’une vache pas comme les autres → Vedette de Claudine Bories et Patrice Chagnard

Sur les hauteurs d’une vallée alpine, au gré des saisons, cet émouvant documentaire retrace la vie pastorale d’une vache, reine de troupeau à la carrure de mammouth, qui représente, pour Élise et Nicole, les éleveuses propriétaires de l’animal, un membre à part entière de leur famille. Ainsi leur histoire avec la bête, magnifiée par la caméra, témoigne des liens mystérieux et étroits entre l’humain et le reste du vivant.

« Vedette » de Claudine Bories et Patrice Chagnard : l’amour vache

Lire la critique
Pour se jouer de l’amour et de ses hasards → Aristocrats de Yukiko Sode

Chronique sentimentale aussi désenchantée que légère, le troisième long métrage de la cinéaste japonaise fait la part belle à ses personnages féminins dans le Tokyo d’aujourd’hui. Sur fond de conditionnement social, une cartographie des désirs contrariés. Le scénario déployé sur plusieurs années offre un vision limpide de la société japonaise moderne, encore vitrifiée par plusieurs codes et conventions élitistes.

« Aristocrats » de Yukiko Sode : la farce des sentiments

Lire la critique
Pour se perdre dans la frénésies urbaine de La Paz → Le Grand Mouvement de Kiro Russo

Trois ouvriers enchaînent les petits boulots sur les marchés de La Paz, capitale de la Bolivie. En suivant leur errance dans les rues de la ville, Kiro Russo, inspiré par Dziga Vertov, capte la substance chaotique d’un monde animé de dynamiques et de flux insaisissables. De cette sève documentaire découle une rêverie fiévreuse et éruptive, qui transforme la ville en un terrain de jeu mystique.

« Le Grand Mouvement » de Kiro Russo : pulsations boliviennes

Lire la critique
Pour les danseurs en herbe → En corps de Cédric Klapisch

Avec ce portrait frontal d’une danseuse en pleine réinvention – épatante Marion Barbeau de l’Opéra de Paris -, Cédric Klapisch poursuit une réflexion sur le corps et ce qu’il raconte de nos élans intimes. L’occasion d’infuser son cinéma d’un rapport toujours plus évident à l’émotion, en interrogeant notamment le passage délicat à l’âge adulte, et de consolider son amour pour les dialogues vifs (François Civil et Pio Marmaï n’y sont pas pour rien).

« En corps » de Cédric Klapisch : de chair et d’os

Lire la critique

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur