Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • Critique
  • News
  • Article
  • 2 min

« Les Passagers de la nuit » de Mikhaël Hers : le temps retrouvé

  • Timé Zoppé
  • 2022-02-10

L'ultra-sensible Mikhaël Hers (« Amanda », « Ce sentiment de l'été ») dépeint la destinée d'une attachante famille monoparentale emmenée par Charlotte Gainsbourg dans le Paris des années 1980. Nappes de synthé nostalgiques, émission de radio nocturne dans les vapeurs de cigarettes et d'alcool, jeune et gracieuse météorite punk... La nostalgie est de tous les plans et n'a jamais été si vivifiante.

Mai 1981 : Mitterrand gagne l'élection présidentielle, mais Elisabeth (Charlotte Gainsbourg) se fait surtout plaquer par son mari. Elle se retrouve désemparée : elle qui n'a jamais travaillé doit trouver comment payer le loyer de son bel appartement à baies vitrées tout en élevant ses deux ados (les débutants mais doués Megan Northam et Quito Rayon Richter). La fragile Elisabeth finit par trouver une place de standardiste à la radio, dans son émission favorite, l'intime « Les Passagers de la nuit », portée par une voix et une personnalité magnétiques (Emmanuelle Béart dans un rôle de Macha Béranger qui lui va comme un gant et dont on aurait aimé qu'il ait plus de temps à l'écran). Y faisant la rencontre de Talulah (Noée Abita), jeune punk éthérée qui vient de débarquer à Paris, elle décide de lui offrir temporairement un toit.

Mikhaël Hers : « On peut faire revivre les disparus à travers un film »

Lire l'interview

Comme tous les films de Mikhaël Hers, difficile de donner une juste image des Passagers de la nuit à travers son seul pitch. L'âme vibrante de son nouveau film, on la sent à travers les compositions électro sobres et mélancoliques qui nimbent les plans sur la ville, sur ses héros tâtonnants et qui peinent souvent à verbaliser leurs sentiments. À travers, aussi, ses références plus ou moins évidentes au cinéma d'Eric Rohmer : Didier Sandre, le prof de philo qui entretient une relation avec son étudiante dans Conte d'automne, joue ici le père d'Elisabeth, mais surtout l'irrésistible comète Pascale Ogier, dont Talulah – évidente alter-ego d'Ogier - se prend de passion en la découvrant au cinéma dans Les Nuits de la pleine lune. L'âme du film, c'est aussi le personnage de Matthias, le fils réservé à la fibre de poète qui observe avec admiration les femmes de son entourage.

Vu à la Berlinale : « Coma » de Bertrand Bonello

Lire la critique

En lui, on perçoit vite le prolongement des héros de Ce sentiment de l'été (joué par Anders Danielsen Lie) et d'Amanda (Vincent Lacoste) ; on croit aussi déceler le regard doux et peut-être une partie des propres souvenirs de jeunesse de Mikhaël Hers – ce qui ne manque pas de redoubler l'émotion.

Vu à la Berlinale : « Incroyable mais vrai » de Quentin Dupieux

Lire la critique

Toutes ces strates montrées ou devinées donnent ampleur et profondeur à un récit simple en forme de coming-of-age familial, dont la géniale idée est de mettre le personnage à fleur-de-peau de Charlotte Gainsbourg – plus gracile que jamais – au centre, d'en faire un pilier solide malgré les innombrables doutes et les failles. C'est l'immense talent de Mikhaël Hers que de savoir convier chez ses spectateurs une confiance inébranlable en des héros si incroyablement humains.

Les Passagers de la nuit de Mikhaël Hers, Pyramide (1 h 51), sortie le 4 mai

Image (c) Pyramide Distribution

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur