Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • News
  • Article
  • 3 min

Vu à Visions du réel : « Chaylla » de Clara Teper et Paul Pirritano

  • Timé Zoppé
  • 2022-04-11

Portrait à parfaite distance d'une jeune femme du Nord de la France qui se bat pour sortir de la spirale des violences conjugales, Chaylla scanne avec acuité et sans pathos le mélange de lucidité, d'enthousiasme et de fatalisme qui anime cette héroïne des temps modernes.

Chaylla n'a pas encore 25 ans qu'elle se retrouve déjà en foyer pour femmes pour survivre à un compagnon alcoolique et violent qui, entre autres horreurs, la frappe et la rend responsable de la maladie de leur jeune fils, atteint de mucoviscidose. Suivie par un avocat bienveillant, Chaylla tente de s'extraire, de comprendre ce qui se joue, où se trouvent les limites de l'acceptable. Sauf que de l'intérieur, le choix est véritablement cornélien : enfant de la DASS ayant grandi en voyant ses parents se déchirer, incapables de s'occuper d'elle, elle se refuse absolument à reproduire le modèle. Alors Chaylla se remet avec le père de l'enfant, retombe enceinte... et la spirale infernale continue.

Vu à Visions du réel : « Fire of Love » de Sara Dosa

Lire l'article

S'il documente une misère sociale qui enclenche les pires comportements, Chaylla ne tombe jamais dans le voyeurisme crasse. La caméra très sobre de Teper et Pirritano s'arrime au contraire à cette héroïne battante, volontaire et intelligente, qui n'a qu'un seul et unique cap : offrir le meilleur à ses enfants, quoi qu'il en coûte pour elle — quitte, même, à y passer. Épaulée par sa meilleure amie et sa belle-mère – qui l'a choisie elle plutôt que son propre fils –, Chaylla traverse les épreuves comme un personnage mythologique, dans une sorte d'odyssée psychologique qui lui permet peu à peu de se construire une place pour elle-même dans son imaginaire.

Avant de faire face à l'épineuse question de la justice dans les affaires de violence conjugale : comment prouver des agressions et humiliations intra-familiales régulières, souvent insidieuses ? Comment supporter l'idée que son vécu traumatique soit nié par les autorités habilitées ? Ce parcours, qui s'annonce comme une lutte sisyphéenne, se révèle plus lumineux que prévu, concluant sans toutefois glisser vers l'utopisme un documentaire exemplaire sur un sujet de tout premier ordre, particulièrement difficile à appréhender de l'extérieur.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur