CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

Bertrand Mandico, Yilin Chen Bo, Claus Drexel : la 27ème édition du Festival Chéries-Chéris dévoile sa programmation

  • Sarah Jeanjeau
  • 2021-10-19

Du 20 au 30 novembre, ce festival incontournable dédié au cinéma LGBTQI+ proposera 64 longs-métrages et 66 courts-métrages, tous plus défricheurs et audacieux les uns que les autres.

C'est Bertrand Mandico qui ouvrira le bal avec After Blue (Paradis Sale), son très attendu deuxième long-métrage après Les Garçons sauvages (2018). After Blue, c’est le nom de la planète 100% féminine où vivent Roxy et sa mère Zora. Lorsque Roxy libère une criminelle nommée Kate Bush (oui, vous avez bien lu) de sa prison de sable, les deux femmes sont tenues pour responsables du chaos venant s’abattre sur la planète. S’en suit une « chasse à la femme », menant aux confins de ce paradis sale…

Remarqué au Festival de Locarno – où il a remporté le prix FIPRESCI de la critique internationale – et présenté lors de la dernière édition de l’Etrange Festival, il sera projeté en avant-première le 23 novembre au mk2 Bibliothèque. En séance de clôture, les spectateurs pourront découvrir Moneyboys du cinéaste chinois Yilin Chen Bo (en Sélection Officielle à Cannes cette année), une plongée sensible dans l’univers de la prostitution masculine.

"After Blue" : la nouvelle fable de Bertrand Mandico s'offre un teaser cosmique

Lire l'article

Côté compétition, notons la présence de Piccolo Corpo de Laura Samani (Semaine de la Critique 2021) qui revient sur le parcours de la jeune Agata, devant faire face à la mort prématurée de son nouveau-né dans l’Italie des années 1900 ; Great Freedom de Sebastian Meise (Sélection Officielle Cannes 2021), qui narre la quête de liberté de Hans dans l’Allemagne d’après-guerre, à l’heure où l’homosexualité est encore considérée comme un délit. Sans oublier l’intriguant documentaire du réalisateur Claus Drexel, Au cœur du bois, qui donne la parole aux prostituées transgenres du Bois de Boulogne et dresse l'état des lieux d’un métier encore trop peu représenté.  

Image © Nour Films

On est également ravis de retrouver Alexis Langlois, dont le délirant court-métrage Les Démons de Dorothy figure dans le « Programme Queer » de la compétition court-métrage, ainsi que Sébastien Lifschitz, grand habitué du Festival, dont on pourra revoir deux films incontournables (Bambi, une nouvelle femme et Garçons Sensibles).

Sébastien Lifshitz, mauvais genre

Lire l'article

Image d'ouverture : Money Boys (c) Jean Louis Vialard

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur