CinémaPETIT ÉCRANCultureQUEER GAZEDIVINE GANGI.A. QUOI ?Le magazine
  • News
  • Article
  • 4 min

César 2024 : records, anomalies... Ce qui change dans les nominations cette année

  • Enora Abry
  • 2024-01-24

Une meilleure représentation des réalisatrices, quatre actrices du même film en lice pour le même prix et un doublé étonnant pour Raphaël Quenard… En 2024, les César évoluent l'air de rien.

Les nommés aux César ont été annoncés ce 24 janvier. Le Règne animal de Thomas Cailley et la Palme d’or raflent la mise avec respectivement 12 et 11 nominations - des choix attendus étant donné le succès public et critique de ces deux films. Mais en regardant la liste de plus près, on y déniche quelques surprises. Une meilleure représentation des réalisatrices, des acteurs nommés dans plusieurs catégories… On fait le point.

Plus de réalisatrices que de réalisateurs 

On s'était tristement habitué à la sous-représentation des femmes cinéastes dans les compétitions et récompenses du 7e art. De la création de la cérémonie en 1976 jusqu'en 2015 : voir deux femmes dans liste des nommés à la meilleure réalisation n'est arrivé que trois fois (Agnès Varda et Coline Serreau en 1986, Agnès Jaoui et Patricia Mazuy en 2001, Valérie Donzelli et Maïwenn en 2012). En 2023, aucune d'entre elles n'a été nommée malgré les succès des films d'Audrey Diwan (L'Evénement) et Rebecca Zlotowski (Les Enfants des autres).

Mais en 2024, aux César (contrairement aux Oscars où la seule femme nommée en Justine Triet), la tendance s’inverse. Parmi les cinq compétiteurs, trois sont des femmes : Catherine Breillat pour L’Eté dernier, Justine Triet pour Anatomie d’une Chute et Jeanne Herry pour Je verrai toujours vos visages. Ce n'est pas la première fois que trois femmes sont en lice pour cette récompense. Cela s'est déjà produit en 2016, 2017 et 2022 mais elles n'ont jamais été majoritaires.

Pourquoi ? Avant 2022, et dans toutes les occasions où des femmes ont été nommées, sept personnalités pouvaient prétendre à ce titre (contre cinq à présent). C'est donc bel et bien la première fois que les réalisatrices sont majoritaires. En 2023, espérons que Catherine Breillat, Justine Triet ou Jeanne Herry vienne briser le triste record de Tonie Marshall : elle est la seule femme à avoir remporté ce prix en 2000 pour Venus Beauté Institut. 

Catherine Breillat : « Je me suis faite toute seule, envers et contre tout le monde »

Lire l'interview

Raphaël Quenard en lice pour le trophée du meilleur espoir et du meilleur acteur 

On croyait connaître la chanson : d’abord un César du meilleur espoir puis quelques années plus tard, un César du meilleur acteur. Mais dans son empressement pour déferler sur le cinéma français, Raphaël Quenard (qui était à l’affiche de sept long-métrages et un court-métrage documentaire en 2023) a décidé d’accélérer le processus. L’acteur est dans la course pour le César du meilleur espoir avec Chien de la casse et pour le César du meilleur acteur pour Yannick

Raphaël Quenard : « J’me sens pas “border”, mais amoureux de la transgression. De la transgression consciente. »

Lire le portrait

Cette situation n’est cependant pas tout à fait inédite dans l’histoire de la cérémonie. En 1982, Richard Anconina est reparti avec le César du meilleur espoir et du meilleur second rôle pour Tchao Pantin. Du côté féminin, Julie Depardieu a fait le même cumul pour La Petite Lili en 2004. Plus récemment, en 2010, Tahar Rahim a remporté meilleur espoir et meilleur acteur pour Un prophète de Jacques Audiard.

En ce qui concerne Raphaël Quenard, souhaitons-lui autant de chance qu’aux Lumières ce lundi où il a été sacré Révélation masculine pour Chien de la casse.

Je verrai toujours vos visages occupe les seconds rôles féminins

Sur les cinq femmes en compétition pour le César du meilleur second rôle féminin, quatre ont performé dans le même film : Je verrai toujours vos visages de Jeanne Herry. Leïla Bekhti, Miou-Miou, Elodie Bouchez et Adèle Exarchopoulos y incarnaient des victimes mises face à des criminels lors d’un processus de justice restaurative. Ces quatre nominations viennent mettre en lumière l’harmonie de ce film choral où chaque personnage portrait ses opinions et son histoire. Seule outsider de la sélection : Galatea Bellugi pour Chien de la casse

Élodie Bouchez : « J’ai refusé pas mal de projets où la femme est vraiment le ‘casse-délire’ du héros »

Lire l'interview

Adèle Exarchopoulos : « Je suis plus sincère dans mes choix de films qu’en interview »

Lire l'interview

On voit double entre les César et les Oscars

L’actrice allemande Sandra Hüller concourt aux César et aux Oscars pour le même rôle : celui de Sandra, la présumée meurtrière dans Anatomie d’une chute. Cette double nomination est assez rare mais surtout, seuls deux acteurs sont rentrés chez eux avec les deux statuettes : l’américain Adrien Brody pour Le Pianiste et Marion Cotillard pour La Môme. Sandra Hüller sera-t-elle la troisième ? 

Gif : source NEON / GIPHY

Sandra Hüller : « J’ai besoin de temps pour être seule, être à nouveau en paix avec moi-même »

Lire l'interview

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur