Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

« Certains l’aiment FIP »: Les musiques de Philippe Katerine

  • Léa André-Sarreau
  • 2020-02-25

Philippe Katerine vient d’être désigné  « Artiste masculin de l’année » aux Victoires de la Musique 2020. L’occasion pour l’émission Certains l’aiment FIP de revenir sur les mélodies les plus loufoques qu’il a entonnées à l’écran.

Réservé dans la vie, exubérant sur scène; discret en coulisses, showman-caméléon dans ses clips. Philippe Katerine – né Philippe Blanchard –  est sans doute, de tous les chanteurs français, le plus comédien dans l’âme. Et dans le corps : la preuve avec son dernier clip, Stone avec toi, dans lequel il faisait subir à son visage des métamorphoses monstrueuses.

Chez Philippe Katerine, le cinéma et la musique sont comme deux bulles de savon qui se mélangent constamment. Le chanteur a fait du 7e art le thème central de son album Le Film paru en 2016, dans lequel il invitait sa fille et sa compagne de l’époque, la comédienne et réalisatrice Jeanne Balibar, à accompagner son piano-voix naïf et déchirant. C’est que la musique est une affaire de famille, qu’il convient de mettre en images à travers des clips à l’esthétique intimiste – l’intérieur d’une maison remplie de photos et de chamailleries d’enfants dans le clip Moment parfait par exemple. Sans oublier le petit morceau de bravoure Magnum, single illustré par une vidéo délirante sous forme de trip dans lequel se mélange animations psychées et prises de vue prosaïques dans les rues de Paris.

Inversement, sa personnalité musicale loufoque a inspiré aux réalisateurs des rôles sur mesure. Le dernier qui nous a marqués : dans Notre-Dame de Valérie Donzelli, Katerine interprète le premier adjoint de la Maire de Paris, formant un duo décapant avec Isabelle Candelier. Avant ça, il y a eu Le Grand Bain (2018) de Gilles Lelouche, où il campait un loser magnifique renaissant dans le bassin d’une piscine, Gaz de France, la comédie politique satirique de Benoît Forgeard (2015), où il prêtait ses traits et son air flegmatique à un président de la République à la ramasse.

Le grand écart entre comédie populaire (il vient de donner la réplique à Dany Boon dans Le Lion de Ludovic Colbeau-Justin, en psy déconnecté), films d’auteurs (un détour chez Cédric Kahn pour Les Regrets, chez les frères Larrieu pour Peindre ou faire l’amour) et projets complètement fous (grand complice d’Arielle Dombasle, il a joué dans sa comédie musicale inspirée de la vie de Jean Cocteau Opium): voilà l’ADN de Philippe Katerine-acteur. Sans oublier qu’il est passé derrière la caméra avec le culte Peau de cochon, ovni expérimental qui tente de transformer la laideur du quotidien en poème visuel et réunit Dominique A, Thierry Jousse, Anthony Karou et Helena Noguerra. On a gardé le meilleur pour la fin. Dans Yves, il improvise un rap en plein métro parisien avec William Lebghil (à écouter juste ici) rappeur raté en quête de gloire : un morceau parodique qui résume l’auto-dérision puissante de Philippe Katerine.
Image: Copyright Les Films du Cap / Gaumont

Tags Assocíes

  • Fip
  • musique
  • Philippe Katerine

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur