Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 5 min

Bertrand Mandico, Kirill Serebrennikov : L’Étrange Festival 2021 dévoile sa programmation

  • Trois Couleurs
  • 2021-08-12

Du 8 au 19 septembre, l’Étrange Festival revient avec une programmation défricheuse, placée sous le signe du bizarre et de l’inattendu.

Pour son 27e anniversaire, l'Etrange Festival, qui fait se côtoyer tous les genres et les formes, et met en valeur de jeunes talents atypiques (Julia Ducournau y avait été révélée en 2016 avec Grave), poursuit son exploration du bizarre et de l'inattendu. Avec 125 séances projetées au Forum des images à Paris, et 12 longs-métrages internationaux présentés en compétition, les spectateurs auront de quoi faire.

On débute ce voyage insolite avec After Blue (Paradis sale) de Bertrand Mandico, présenté en avant-première, qui met en scène la traque d’une criminelle sur une planète imaginaire habitée par des amazones, et sera porté par les actrices Elina Löwensohn, Vimala Pons et Pauline Lorillard, visages familiers du cinéma de Mandico.

« Conan la barbare » : Bertrand Mandico nous présente sa prochaine œuvre monstre

Lire l'interview

Parmi la sélection, on retrouve aussi le Belge Fabrice Du Welz pour Inexorable, un thriller dans lequel Benoit Poelvoorde interprète un écrivain rattrapé par ses démons lorsqu'il emménage avec sa famille dans la demeure dont il vient d'hériter.

Du côté des oeuvres plus confidentielles, on surveille de près Lamb de Valdimar Jóhannsson (présenté à Un Certain Regard à Cannes cette année), premier film islandais sur un couple qui vit reclus avec son troupeau de moutons dans une ferme islandaise et découvre un mystérieux nouveau-né qu'ils décident d'élever comme leur enfant. Citons aussi The Innocents de Eskil Vogt, présenté à Un Certain Regard à Cannes, conte troublant sur quatre enfants qui se découvrent des pouvoirs surnaturels.

Hors compétition, on vous conseille de ne pas manquer en séance spéciale The Amusement Park, film inédit et dérangeant de George. A Romero, mais aussi La Fièvre de Petrov de Kirill Serebrennikov (en Compétition à Cannes cette année), road-trip urbain et alcoolisé sur un dessinateur de bande-dessinée, ainsi que Fou de Bassan de Yann Gonzales, dont le mystérieux pitch annonce une virée nocturne envoûtante : "Ville morte. Nuit de brume. Un saxophone lointain. L’appel du plaisir."

« The Amusement Park », film inédit et flippant de George A. Romero

Lire la critique

La réalisatrice britannique Lynne Ramsay (A Beautiful Day) aura une carte blanche pour présenter ses films préférés (on y trouve The Grandmother de David Lynch et La source d’Ingmar Bergman), et deux réalisateurs japonais feront l'objet de rétrospectives inédites : Yûzô Kawashima et Atsushi Yamatoya. Plus d'information sur le site du Forum des images.

Lynne Ramsay, la sale mémoire

Lire l'interview

Image : Copyright Sergey Ponomarev

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur