CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

À revoir sur Arte: « Trois Couleurs : Rouge » de Krzysztof Kieślowski

  • Léa André-Sarreau
  • 2019-09-27

Dans ce conte moral, le réalisateur polonais explore ses thèmes existentiels habituels dans un maelström de couleurs de reflets et de couleurs.

Comme c’est l’un des trois films qui a donné son nom à notre magazine et surtout que c’est l’oeuvre-testament du Polonais Krzysztof Kieślowski, il fallait bien qu’on vous en parle un peu. Dernier volet d’une trilogie tricolore qui explore la devise de la France « Liberté, Egalité, Fraternité », Trois Couleurs: Rouge (1994) examine la notion de fraternité à travers l’histoire d’un juge à la retraite aigri (Jean-Louis Trintignant), qui écoute les conversations téléphoniques de ses voisins. Le jour où Valentine (Irène Jacob), lui ramène le chien qu’il avait égaré, une étrange relation se noue entre les deux, faite de méfiance et d’amitié. Pleine de vie, Valentine est persuadée de pouvoir tirer le meilleur de cet être solitaire qui n’a plus rien à perdre.

De cette confrontation, Kieślowski, qui a disparu en 1995, tire un conte puissant qui questionne nos valeurs morales. Peut-on tout donner de soi aux autres, sans contre-partie ni arrière-pensée ? Il faut aussi revoir le film pour son habile maelström de couleurs – chaque plan contient une teinte de rouge – et de reflets, qui renvoient les personnages à leurs solitudes, et enfin pour sa narration qui sacrifie la linéarité du premier récit au profit d’une mosaïques d’intrigues. Bonus: notre supercut consacré aux reflets dans la trilogie de Kieślowski.

Image: Copyright MKL

Tags Assocíes

  • Krzysztof Kieślowski
  • Trois couleurs: rouge

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur