CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« La Panthère des neiges » : éloge de la patience

  • Éléonore Houée
  • 2021-12-10

À la recherche de la panthère des neiges, l’écrivain voyageur Sylvain Tesson part en expédition au Tibet. Ce documentaire aux images impressionnantes fourmille de rencontres, recherchées ou fortuites, avec le vivant. Si tant est que l’on se montre patient.

Sur les hautes montagnes tibétaines, le photographe animalier et coréalisateur du film Vincent Munier invite l’écrivain Sylvain Tesson à partir à la rencontre d’un être peu familier : la panthère des neiges, reine fantôme au milieu des rochers. Croyant observer le vivant en ces lieux désolés, les deux comparses se voient en fait eux-mêmes scrutés par la faune : des yacks, des renards et même des ours, curieux, les dévisagent. Nulle trace du félin cependant. Tandis que Munier se charge de trouver les bons angles, parfois pendant des heures, la voix de Tesson couvre ces images par des tirades sobrement lyriques – reprises dans son essai récompensé par le prix Renaudot en 2019.

Il y fait l’éloge de la patience sans récompense à la clé, que nos sociétés ultra connectées ne reconnaissent plus. Les spectateurs sont placés dans la même position que les personnages : ils enquêtent sur la présence des animaux dans des plans d’ensemble, puis, les découvrant, ils s’émerveillent de leur comportement. Des images rares qui ne peuvent qu’émouvoir, sur une bande originale de Warren Ellis adaptée au tempo de la nature, de celle qui nous laisse sans voix devant ses splendeurs aussi fugaces qu’éternelles.

La Panthère des neiges de Marie Amiguet et Vincent Munier, Haut et Court (1 h 32), sortie le 15 décembre 

Image (c) Haut et Court

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur