Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Tout fout le camp » de Sébastien Betbeder : un road-movie fantasque

  • Damien Leblanc
  • 2022-09-12

Road movie aux airs de comédie fantastique et rebelle, le nouveau Sébastien Betbeder fait se croiser dans la région d’Amiens des figures marginales de la France périphérique pour redonner une couleur poétique à l’esprit de lutte et de désobéissance.

Explorateur de formes qui associent parfois fiction et documentaire, Sébastien Betbeder signe ici une cinglante comédie politico-­fantastique qui narre la rencontre à Amiens entre un pigiste local (Thomas, joué par Thomas Scimeca) et un musicien fantaisiste, ancien candidat à l’élection municipale, dénommé Usé (personnalité authentique nommée à la ville Nicolas Belvalette, qui tient son propre rôle). L’aventure se corse quand ils découvrent le corps sans vie d’un homme (incarné par Jonathan Capdevielle) qui va soudain ressusciter et accompagner les deux comparses à travers la campagne.

Humour loufoque et moments gore animent ce road movie qui dresse le portrait d’une France rongée par la brutalité du capitalisme et l’abandon des classes populaires. Autour du personnage central de journaliste, qui se retrouve témoin d’événements surnaturels et apprend les vertus de la désobéissance, se déploie un joyeux casting (Marc Fraize, Jackie Berroyer, Aloïse Sauvage, William Lebghil) qui amplifie l’élan collectif de cette fable politique (rappelons qu’Amiens est la ville d’origine du président Macron), laquelle proclame le retour de la lutte et de l’espoir.

Tout fout le camp de Sébastien Betbeder, Rezo Films (1 h 35), sortie le 14 septembre

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur