Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 5 min

« Berlin Alexanderplatz » : un abîme de noirceur lyrique

  • David Ezan
  • 2021-08-09

Le roman d’Alfred Döblin, écrit en 1929, avait déjà été adapté en 1979 par Rainer Werner Fassbinder. Avec une liberté folle, Burhan Qurbani reprend le flambeau en transposant l’intrigue dans le Berlin contemporain, imaginé comme une citadelle industrielle contre laquelle viennent s’écraser les rêves des migrants.

À l’ancien détenu du roman, le cinéaste a substitué un Guinéen en exil, Francis, débarqué à Berlin en espérant y trouver une vie décente. Il possède une volonté de fer et, pourtant, il ne rencontrera sur place que damnation, tombant sous l’emprise d’un trafiquant machiavélique. Trois heures d’apnée jusqu’au fond d’un abîme de noirceur lyrique : voilà le programme de Berlin Alexanderplatz, œuvre monstre qui voit ses personnages dévorés par la ville.

Bien qu’il aborde un thème de société, Burhan Qurbani se détache d’emblée de tout réalisme – nous sommes dans un conte, d’ailleurs narré par une voix éthé­rée. Le cadre est en constante apesanteur, irra­dié des néons d’un Berlin interlope comme vidé de son souffle, hanté par des meutes de charognards.

Aucune psychologisation chez le cinéaste qui fait confiance à la force d’incarnation de personnages qui, en opposition à la réserve inquiète de Francis, ont tous la flamboyance des héros tragiques. Leurs expressions grimaçantes, couplées à la dimension hallucinatoire du film, semblent ainsi faire office de projection mentale – ou comment figurer, littéralement, la descente aux enfers d’un jeune migrant.

Berlin Alexanderplatz de Burhan Qurbani, Le Pacte (3 h 03), sortie le 11 août
Image : Copyright Wolfgang Ennenbach_Sommerhaus Filmproduktion

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur