Entrer votre recherche

Reed Morano (« The Handmaid’s Tale ») réalisera l’adaptation de « Memory Police »

Partager

C’est Charlie Kaufman (Dans la peau de John Malkovich, Je veux juste en finir) qui sera chargé d’écrire le scénario, adapté d’un roman de science-fiction de Yôko Ogawa.

Il y a quelques temps, on apprenait que Charlie Kaufman (scénariste de Dans la peau de John Malkovich et Eternal Sunshine Of The Spotless Mind) avait été approché pour adapter à l’écran le roman japonais The Memory Police (1994) de Yôko Ogawa. Bonne nouvelle. Si nous n’avions jusqu’alors aucune information côté réalisation, le nom vient de tomber: c’est la réalisatrice que tout le monde s’arrache, Reed Morano, qui sera chargée du piloter le projet.

À LIRE AUSSI: Charlie Kaufman pourrait adapter le roman japonais « Memory Police »

D’abord directrice de la photographie pour nombre de films indépendants à succès (For Ellen, The Skeleton Twins…), l’Américaine a fait ses débuts derrière la caméra avec le film Meadowland en 2015. Mais c’est avec la série mondialement connue The Handmaid’s Tale  qu’elle obtiendra la consécration en devenant la première femme a recevoir un Emmy de la meilleure réalisatrice, ainsi qu’un DGA Award la même année. Rien que ça.

On compte aussi sur Charlie Kaufman, qui nous a récemment prouvé son infinie justesse pour les récits surréalistes en adaptant le roman Je veux juste en finir de Ian Reid pour Netflix (dans lequel une jeune femme, rendant visite à la famille de son petit-ami, découvre que celle-ci est un peu flippante, à l’image de celles, tout droit sortie des enfers, du premier film de David Lynch, Eraserhead), pour livrer un scénario de taille.

Rappelons que dans le romanThe Memory Police (qui n’est pas sans rappeler les projections dystopiques de Georges Orwell), il est question d’une île inconnue, où les objets disparaissent petit à petit, en même temps que la mémoire de ses habitants. Si la plupart ne remarque pas ces changements, une poignée d’entre eux est capable de se souvenir des objets perdus, vivant dans la peur d’une « police de la mémoire » qui doit s’assurer que tout ce qui a disparu reste oublié. Le récit est centré sur une jeune femme dont la carrière d’écrivain peine à décoller, et qui, avec son éditeur, se raccrochera à son écriture comme au dernier moyen de préserver le passé.

Cameron Guyot

 

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.