Entrer votre recherche

Le podcast du goûter : le concert égoïste d’Agnès Varda

Partager

La radio France Musique rediffuse cette émission de 1977 dans laquelle la réalisatrice de Cléo de 5 à 7 ou Sans toit ni loi s’exprimait sur sa fibre mélomane.

Un an après la disparition de la cinéaste, c’est vraiment agréable d’entendre la voix de Varda, son timbre joliment éraillé. C’est d’autant plus le cas que dans ce podcast intitulé Le concert égoïste d’Agnès Varda, elle nous parle de son rapport à la musique. Dans cette émission menée par Claude Maupomé à la sortie de sa comédie musicale féministe L’une chante, l’autre pas, la réalisatrice, photographe et plasticienne dit pourtant ne pas en écouter beaucoup, en avoir une culture qu’elle qualifie de « vague », « comme tout le monde ». Si elle dit avoir fait un peu de piano enfant, elle se souvient plus des chansons de Tino Rossi écoutées par son père que de la grande musique classique.

Dans la mélodie de ses jeux de mots, dans ses chansons (en 1962, elle est l’autrice du morceau phare de Lola de Jacques Demy) ou même dans sa manière très musicale d’appréhender le montage de ses films, la personnalité de Varda ressort toute en couleurs et en nuances. Pareillement, sa sélection lui ressemble beaucoup : l’Adagio en Si Bémol Maj K. 411 de Mozart, qu’elle utilise dans Le Bonheur, lui plaît parce que son côté enjoué cache une mélancolie, le morceau The End des Doors lui permet de parler de la poésie de la rue, de Jim Morrisson qu’elle a un peu connu lorsqu’elle tournait aux États-Unis et dont elle se sent proche…

Ce que révèle aussi cette émission, c’est que, déjà en 1977, Varda avait l’envie d’être défricheuse, de faire découvrir des artistes et des cultures dans l’ombre. Ainsi, la présentatrice s’étonne-t-elle de son choix de El Chisme de la Cuchara, une musique traditionnelle cubaine qui dit tout son attrait pour les voyages, qu’ils soient réels ou fantasmés. Varda n’est plus là donc, mais ça ne l’empêche pas de refaire vos playlists Spotify.

Image : Varda par Agnès, Ciné-Tamaris, 2019

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.