Entrer votre recherche

Le court-métrage du goûter : « Un archipel » de Clément Cogitore

Partager

Composé d’images glanées sur Internet et de photos et vidéos d’agences de presse, ce superbe court-métrage documentaire de l’artiste, metteur en scène et réalisateur Clément Cogitore s’intéresse à un fait divers survenu en Écosse il y a près de dix ans, dans le milieu de la marine britannique.

En octobre 2010, le H.M.S Astute, un sous-marin nucléaire de l’armée britannique qui « dispose d’une puissance de feu équivalente à la destruction d’une capitale européenne », nous indique le film, s’est échoué sur les côtes de l’île de Skye, en Écosse.

C’est à partir de ce fait divers que le réalisateur français Clément Cogitore (Ni le ciel, ni la terre, Braguino), adepte des récits d’aventures teintés de mysticisme, a tiré la matière de son puissant court-métrage expérimental. Sous forme d’enquête documentaire, le film retrace les événements à coups d’images fragmentaires et énigmatiques dénichées sur Internet ou du côté des agences de presse, de sons bruts, souvent déstabilisants, convoquant un imaginaire fantastique sombre, et de cartons de texte sur lesquels sont inscrites les nouvelles reçues par les autorités britanniques au compte-gouttes.

À LIRE AUSSI >> Notre portfolio consacré à Braguino de Clément Cogitore

Par ce dispositif ingénieux, le cinéaste fait ainsi en sorte que toutes les hypothèses (un accident ou un acte intentionnel, meurtrier ou non) pour expliquer ce mystère nous passent à l’esprit. Et de simples suggestions visuelles et sonores suffisent à nous emporter dans une chasse au coupable qui opposerait ainsi l’homme et la machine. Montrant d’abord ce sous-marin comme une bête intimidante qui donne l’étrange impression d’avoir englouti cet équipage de 37 hommes, Clément Cogitore nous immerge tour-à-tour dans le fin-fond anxiogène des océans et sur les côtes, décor idéal pour observer ce navire de guerre capable de destruction massive, dont le pouvoir de fascination est ici décuplé.

Sans jamais désépaissir complètement le brouillard qui entoure cette affaire, le film le déplace progressivement autour de la personnalité trouble du commandant de l’équipage. Un certain Lord Christopher Eliacin, aristocrate écossais devenu l’un des officiers les plus respectés de la marine britannique, dont l’apparente respectabilité dissimule de sacrées déviances.

On ne peut que vous conseiller ce docu aux allures de polar métaphysique, et on en profite pour remercier le G.R.E.C. pour cette diffusion gratuite : 

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.