Entrer votre recherche

Robert Guédiguian rédac chef – MUSIQUE : « My Way » interprété par Nina Simone

Partager

Robert Guédiguian est le rédacteur en chef du jour de TROISCOULEURS. Films, podcasts, lectures, musique : tout au long de la journée, le cinéaste vous donne ses conseils de confinement. On continue avec l’interprétation solaire et soul du tube My Way par Nina Simone. 


Le mot de Robert Guédiguian : « Je l’écoute en boucle. Je mets ça au volume maximum de mon ampli, et je suis content. Ça me redonne de la joie. Je trouve ça « trop beau », comme disent les gamins aujourd’hui. « Trop fort ». Ça me submerge. »

Dans le juke-box de Robert Guédiguian, on retrouve ce standard culte, commercialisé et repris en différentes versions à travers le monde entier, dont les paroles étonnamment tristes sur le quotidien d’un couple se désagrégeant n’ont pas empêché son succès fulgurant. Julio Iglesias, Mike Brant, Ray Charles, Tom Jones: de tous ces interprètes prestigieux, c’est Nina Simone et sa version de 1970 que le réalisateur a choisi. L’occasion de retracer la genèse de ce tube écrit en 1967 par Gilles Thibaut et Claude François et composé par Jacques Revaux. 

D’abord intitulée Comme d’habitude, la chanson est interprétée par Claude François (pour qui ces paroles résonnent avec sa récente rupture avec France Gall), et sera adaptée en anglais par Paul Anka en 1968 avant d’être enregistrée par Frank Sinatra en 1969, occupant les podiums du hit-parade américain pendant des mois. Elvis Presley, Robbie Williams et même le rappeur Jay-Z – qui a samplé le morceau pour son titre I Did It My Way- ont ensuite inscrit ce classique dans la postérité en y apportant des sonorités plus urbaines, pop, ou rock.

Jusqu’à ce que la géniale chanteuse et militante Afro-américaine Nina Simone transforme cette mélodie sage en tube solaire et soul, nettement plus libre et fougueux que le titre original. Comme libérée de la pesanteur solennelle des précédentes interprétations, aux instrumentalisations froides et un peu larmoyantes, l’interprétation de Nina Simone résonne comme un cri d’émancipation aux confins du jazz et du gospel, une ode à la légèreté. Son My Way, rythmé par les percussions des djembés, dit adieu aux regrets pour investir l’instant présent.

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.