Entrer votre recherche

PORTFOLIO: Marie Losier, portraits de famille

Partager

Parmi la riche sélection du festival Côté Court, qui se déroule en ligne jusqu’au 22 juin et diffuse jusqu’à cette date des courts et moyens métrages gratuitement, on trouve le génial Felix in Wonderland! de Marie Losier, dont on vous parlait ici mais aussi le court Which is Witch ? Tous deux seront visibles dès dimanche à cette adresse et à celle-ci. L’occasion, pour ceux qui ne le connaîtraient pas, de découvrir l’univers fantasque de la cinéaste. En attendant, on vous propose de parcourir le portfolio que nous lui avions consacré l’année dernière. 

 


Trois catcheuses blondes en combis moulantes posant fièrement sur un ring ; une créature mythologique attirant lumières et couleurs au cœur de la nuit lisboète… Depuis le début des années 2000, la cinéaste (Cassandro the Exotico!, 2018) et artiste franco-américaine Marie Losier tire des portraits poétiques d’amis venus de la scène expérimentale, du cinéma underground, du night-clubbing queer ou encore du sport, en Europe, aux États-Unis ou au Mexique.

À l’occasion de la rétrospective de ses films au Jeu de Paume, et avant l’exposition de ses travaux à la galerie Anne Barrault, on a voulu revenir à la source d’amitiés fondatrices à travers, notamment, des photogrammes de ses films documentaires et des Polaroid issus de sa collection personnelle, révélateurs de l’esprit camp et de l’esthétique flamboyante de son cinéma. Vêtue de son tablier vichy rouge et blanc, et affairée à fabriquer des gâteaux en silicone pour son exposition, elle nous a accueillies dans son atelier, niché dans les allées de la résidence d’artistes Villa Belleville, pour évoquer la fascinante galaxie Losier.

(c) Marie Losier

Mike Kuchar

photogramme du film Bird, Bath and Beyond (2004)

« En 2003, je suis allée au Millennium Film Workshop [un centre d’arts new-yorkais, ndlr] pour voir si quelqu’un pouvait m’apprendre à utiliser ma Bolex 16 mm, avec laquelle je filme encore. Mike Kuchar [figure du cinéma underground à qui elle a consacré le court métrage documentaire Bird, Bath and Beyond, ndlr] était projectionniste là-bas. Avec sa barbe à la Moïse, il mangeait un énorme pot de glace. J’ai éclaté de rire en le voyant et on s’est mis à discuter. Avec son frère, George, ils m’ont appris tout un langage cinématographique ; qu’il fallait tourner tout le temps, même sans moyen. Pour lui, tout est expression artistique. Il a notamment fait des dessins homoérotiques incroyables et a inspiré de grands cinéastes camp, dont John Waters. »

(c) Bernard Yenelouis

Genesis P-Orridge

photographie de tournage du film The Ballad of Genesis and Lady Jaye (2011)

« J’ai rencontré Genesis P-Orridge [artiste, chanteuse, performeuse et autrice britannique, ndlr] en 2005, à New York, à un vernissage. Elle m’a invitée chez elle et avec Lady Jaye, sa compagne, elles m’ont proposé de les suivre en tournée pour faire un petit film, devenu un grand portrait sur leur histoire d’amour et leur transformation [dans le film, le couple veut fusionner au point d’avoir exactement la même apparence, ndlr]. Là, on avait fabriqué pour Genesis un costume en aluminium avec un tutu sur la tête. Ça me rappelle les photos de films hollywoodiens que je chopais dans les marchés aux puces gamine. Finalement, j’ai fait mon Hollywood underground! »

(c) Marie Losier

Alan Vega

photogramme du film Alan Vega. Just a Million  Dreams (2014)

« J’ai connu Alan Vega [du groupe de rock électronique Suicide, ndlr] en même temps que Genesis, dans une petite salle de concert new-yorkaise que j’adore. Sa performance était intense, habitée. Je l’ai revu alors que je tournais un film. Il était très faible à l’époque, c’étaient les deux dernières années de sa vie. On s’est vus chez lui, on a parlé de sa passion pour la boxe, le dessin, et j’ai voulu faire son portrait. Il me lisait des poèmes pendant que ses chaussettes tournaient dans sa machine à laver. J’ai trouvé ça génial. Les lieux du quotidien sont devenus des décors de jeu. »

(c) Marie Losier

Les sœurs Morenas

photogramme du film Bim, Bam, Boom. Las Luchas Morenas (2014)

« Je tournais Cassandro the Exotico! [portrait d’une star du catch mexicain, sorti en 2018, ndlr] quand Cassandro m’a parlé de ces trois sœurs catcheuses qui vivaient dans la banlieue de Mexico, un lieu ultra dangereux, au point que les sœurs Morenas payaient un mec pour que leurs enfants ne soient pas kidnappés ! Elles étaient d’abord réticentes, mais elles ont fini par follement s’amuser. Quand j’ai fini le film, j’ai amené un projecteur et un écran dans leur quartier. On l’a montré à toutes les filles du coin. Elles ont repassé le film au moins dix fois. C’était magnifique. »

(c) Lucya Gerhart

Fernando

photographie de tournage du film L’Oiseau de la nuit (2016)

« Je venais d’arriver de New York, je connaissais mal l’Europe [née en France, Marie Losier a travaillé pendant  vingt-deux ans aux États-Unis, avant de revenir vivre en Europe en 2013, ndlr], et mon ami João Pedro Rodrigues  [cinéaste portugais, ndlr] m’a emmenée dans l’extraordinaire Finalmente Club de Lisbonne, qui organise des shows de drag-queens. J’ai été captivée par la performance de Fernando, son costume et sa tête de lion. Il m’a permis  de faire ce court poétique où il apparaît comme un personnage mythologique qui représente Lisbonne, et incarne  cet être hybride mêlant l’homme et l’animal, le masculin et le féminin. »

(c) Collection personnelle, Marie Losier

Yann Gonzalez, Jonathan Caouette et Rafael Torres / Bertrand Mandico et Marie Losier / Elina Löwensohn

« J’adore les Polaroid. Je suis très amoureuse des artistes comme Andy Warhol qui en ont fait un art. Pour moi, c’est comme des bobines de films. J’aime leurs couleurs, la matière. Les deux premiers ont été pris à un Nouvel An, avec Elina Löwensohn et Bertrand Mandico [actrice et réalisateur, notamment, des Garçons sauvages, ndlr] qui font partie de cette nouvelle famille que je me suis créée en arrivant à Paris. Ce soir-là, on a joué sur le thème de la décadence : on a bien mangé, on s’est costumés et on a mis de la bouffe partout ! Le dernier Polaroid a été pris quand j’ai fait se rencontrer chez moi Jonathan Caouette [réalisateur de films underground américains comme Walk Away Renee, 2011, ndlr] et Yann Gonzalez [cinéaste français, auteur notamment d’Un couteau dans le cœur, 2018, ndlr]. Je les accroche tous sur un mur pour que ma grande famille d’amis veille sur moi et me protège. »

https://www.youtube.com/watch?v=sbHsGx_2d6M

: « Marie Losier. Confettis atomiques ! » jusqu’au 23 novembre au Jeu de Paume

« Marie Losier. Eat my Makeup! » du 11 janvier au 22 février à la galerie Anne Barrault

Photographie de couverture : (c) Paloma Pineda

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.