Entrer votre recherche

Partager

On avait laissé le cinéma de Quentin Dupieux enfermé dans le commissariat zinzin d’Au Poste ! On le retrouve au cœur des Pyrénées où débarque Georges (Jean Dujardin), quadragénaire perturbé par une rupture sentimentale. Après avoir investi tout son argent dans un blouson kitsch, il perd lentement pied. Encouragé par une barmaid locale (Adèle Haenel, très drôle), il s’improvise cinéaste, fièrement armé de son caméscope, pour mieux masquer une ambition plus trouble… Dupieux argue avoir signé là son premier film réaliste, proche du faits divers tragique. Alors qu’il rappelle Réalité (dans lequel Alain Chabat jouait un caméraman qui rêvait de réaliser un film d’horreur), Le Daim flirte encore plus avec l’effet de réel en empilant les silences inquiétants et les malaises palpables. Avec son épaisse barbe grisonnante, l’excellent Dujardin ressemble d’ailleurs comme deux gouttes d’eau à Dupieux. Le réalisateur serait-il en train de nous avouer qu’il se reconnaît dans cette figure de cinéaste fou à lier et mystificateur ?

Image: Copyright atelier de production

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.